VON TRIER Lars
Metteur en scène
© Texte : Cinéfiches.com
Date de naissance 30/04/1956
Date de décès /
Vrai nom TRIER Lars
Pseudonymes
/
Bibliographie
- Les Inrockuptibles HS 1998
Agence ou contact
/
Commentaires
Lars von Trier
de
Roberto LASAGNA

Après la publication de scénarios et d'entretiens, voilà donc une étude sur Lars von Trier qui entre ainsi dans la collection "Grands cinéastes de notre temps" des éditions Gremese. Il y rejoint les Stanley Kubrick, Pier Paolo Pasolini, Nanni Moretti et autre Martin Scorsese. Si, incontestablement, Roberto Lasagna apprécie le cinéaste danois, il n'en est pas moins conscient d'un certain nombre de paradoxes et d'approximations qui jalonnent son œuvre. Revenant sur le Dogme et son impact médiatique, il rappelle que le phénomène n'est pas nouveau et que "tout le cinéma de Lars von Trier est soutenu par la création de manifestes, de déclarations, d'intentions, d'expressions de caractère poético-expressif qui mettent en évidence la vocation expérimentale avouée du réalisateur, habile promoteur de lui-même et provocateur dans le sens le plus authentique du terme." Il note bien que, d'un film à l'autre, les règles, hier si importantes, si essentielles, changent, sont oubliées ou plus souvent remplacées par d'autres, tout aussi vouées à une absence d'avenir totale. Ainsi Dancer in the dark "est le rejet total des règles de Dogma et pose une fois encore la question de l'opportunisme et de l'absence de morale dans l'œuvre du cinéaste danois." Mais cela reste plus complexe et nuancé qu'il n'y paraît, comme, par exemple, l'utilisation de la caméra à l'épaule prônée par Lars von Trier. Si elle sert un langage direct, intime, elle est "devenue l'instrument caractéristique - quelquefois trop présent - du passage du style géométrico-baroque des premiers longs métrages, au style actuel : les mouvements titubants des images ont fini par constituer une sorte de griffe presque trop voyante. Si cette nouvelle approche libère le réalisateur du carcan du plan fixe, la perte de contrôle à laquelle il a souvent recours, prend alors un sens univoque et simplificateur ; en d'autres termes, traduire l'effervescence de l'expérience par le vertige formel sent le prétexte et le maniérisme. Ainsi l'émancipation de la structure rigide aboutit à un choix formel tout aussi recherché, bien que mouvant et décousu." Ceci dit, notre homme a le don de construire de "théoriques histoires sentimentales extrémistes" et il a toujours pratiqué "l'ambiguïté et la logique antinomique", au point d'en faire les signes de notre époque. Tout cela irrite fortement et avec raison ses détracteurs. Reste que, par delà ses outrances et ses imperfections, le cinéma de Lars von Trier fascine parfois et suscite incontestablement un intéressant débat d'idées.Denis Ballu
Filmographie
THE HOUSE THAT JACK BUILT (The house that Jack built) (2018)
NYMPHOMANIAC VOLUME 1 (Nymphomaniac Part 1) (2013)
NYMPHOMANIAC VOLUME 2 (Nymphomaniac part 2) (2013)
MELANCHOLIA (Melancholia) (2011)
ERIK NIETZSCHE MES ANNEES DE JEUNESSE (De unge ar : Erik Nietsche sagaen del 1) (2008)
ANTICHRIST (Antichrist) (2008)
CHACUN SON CINEMA () (2007)
LE DIREKTOR (Direktoren for det hele) (2006)
DOGVILLE (Dogville) (2003)
FIVE OBSTRUCTIONS (De fem benspaend) (2003)
LES PURIFIES (De lutrede) (2002)
DANCER IN THE DARK (Dancer in the dark) (2000)
LES 100 YEUX DE LARS VON TRIER (Von Trier's 100 ojne) (2000)
LES EXPOSES (De udstillede) (2000)
LES IDIOTS (Idioterne) (1998)
LES HUMILIES (Ydmygede) (1998)
THE KINGDOM II (The kingdom II) (1997)
BREAKING THE WAVES (Breaking the waves) (1996)
THE KINGDOM (The kingdom) (1994)
EUROPA (Europa) (1991)
EPIDEMIC (Epidemic) (1987)
ELEMENT OF CRIME (Element of crime) (1984)
IMAGES D'UNE LIBERATION (Befrielses billeder) (1982)
NOCTURNE (Nocturne) (1981)