LES AMITIES PARTICULIERES - 1964

Titre VF LES AMITIES PARTICULIERES
Titre VO
Année de réalisation 1964
Nationalité France
Durée 1h42
Genre DRAME PSYCHOLOGIQUE
Notation 13
Date de sortie en France 03/09/1964
Thème(s)
Homosexualité masculine (Cinéma français)
Prisons (Cinéma français)
Représentant(e)s du culte (Cinéma français)
Milieu scolaire (Cinéma français)
Bost (Pierre et Jacques-Laurent)
Pactes de sang (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
DELANNOY Jean
Chef(s) Opérateur(s)
MATRAS Christian
Musique
PRODOMIDES Jean
Renseignements complémentaires
Scénario, adaptation et dialogues :
Jean Aurenche et Pierre Bost .....
d'après le roman de Roger Peyrefitte

Visa d'exploitation : 28 027

Nota : avec la chorale des Petits Chanteurs de Vincennes .....
Acteurs
REGIS Colette
BOUQUET Michel
SEIGNER Louis
NAT Lucien
HAUDEPIN Didier
LACOMBRADE Francis
LECCIA François
MAURIN Dominique
CHAMBRE Gérard
COUTET Henri
MUSSON Bernard
DIAMANT Dominique
Résumé

La tendre "amitié" entre deux collégiens, prénommés Georges et Alexandre, internes dans un établissement privé tenu par des ecclésiastiques .....

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
Le film (interdit aux moins de 18 ans à sa sortie!) est très fidèle au roman de Peyrefitte. Réalisation classique mais efficace. Sans doute est ce la pudeur et la véracité des sentiments entre jeunes garçons qui a le plus choqué (on peut être égrillard avec le sexe, mais pas avec l'amour qui apparement est un sentiment réservé à la norme hétérosexuelle, mais bon, il est vrai aussi qu'ils sont pensionnaires chez les Jésuites !). Les jeunes acteurs sont convaincants, émouvants, supportés par des vieux routiers comme Michel Bouquet et Louis Seigner. AXEL.

L’amour s’exprime par des rimes, couchées sur papier blanc, des regards lumineux activent des mains s’entrelaçant dans des lieux secrets, des cheveux se caressent sous des notes de pianos, soudainement en allégresse. Les sangs ne font plus qu’un, une étreinte suprême entre deux corps est stoppée, juste avant de basculer dans l’interdit. Georges et Alexandre s’aiment au delà de ce que le commun des mortels est capable d’assimiler. Dieu semble cautionner cette passion, en prenant l’apparence d’un agneau dans les bras d’un visage presque féminin, offrant à un regard foudroyé, un coup de foudre instantané, une vision presque divine. Dans cette amitié particulière, Dieu est amour, l’approche passionnelle est verbale, les visages sont contorsionnés de bonheur, une improbable sanction du ciel est validée par un silence approbateur, l’amour est la luminosité des astres, peu importe quels sont ses habits corporels, les âmes amoureuses sont uniformes. Les hommes d’église par contre s’activent à détruire l’architecture d’un processus naturel, le mal s’instaure dans les cœurs, les procédures protectrices d’un amour deviennent hypocrites et anonymes, le persécuteur devient un offensé trahi par le contre poison d’un acharnement à détruire ce qui ne peut l’être. Approche remarquable, quoique de datée, "Les amitiés particulières" offre la plus belle des perceptions à deux jeunes esprits d’un même sexe, un amour fusionnel, couronné par le rituel et le verbe amoureux. Le terme adéquat d’une telle relation est inadapté à des sens ne fonctionnant que par un ressenti amoureux brutal, conduisant vers l’éternité d’un sentiment. "Les amitiés particulières" est un film remarquable, un cristallin audacieux au dessus d’une intolérance humaine" étouffée par l’accord d’un mutisme divin. JIPI