LA CHAMBRE ARDENTE - 1961

Titre VF LA CHAMBRE ARDENTE
Titre VO I peccatori della foresta nera
Autres titre VO Das brennende Gericht
Année de réalisation 1961
Nationalité France / Italie / Allemagne
Durée 1h50
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 11
Date de sortie en France 30/03/1962
Thème(s)
Héritages et testaments (Cinéma français)
Spaak (Charles)
Dickson Carr (John)
Poisons (Cinéma français)
Jardiniers
Enterrements
Réalisateur(s)
DUVIVIER Julien
Chef(s) Opérateur(s)
FELLOUS Roger
Musique
AURIC Georges
Renseignements complémentaires
Scénario : Charles Spaak
et Julien Duvivier .....
d'après le roman de John Dickson Carr
Dialogues : Charles Spaak
Montage : Paul Cayatte .....
Distribution : UFA / Comacico

Visa d'exploitation : 25 011

Nota : pour Jacqueline Porel, uniquement la voix (celle de Nadja Tiller) .....
Acteurs
GENIN René
TILLER Nadja
BRIALY Jean-Claude
RICH Claude
PRADIER Perrette
BALPETRE Antoine
SCOB Edith
GILLER Walter
MANSON Héléna
DUVALLES Frédéric
JACQUET Dany
PIEPLU Claude
JABBOUR Gabriel
BRAKE Carl
POREL Jacqueline
RICH Catherine
Résumé

Descendant d'un illustre ancêtre ayant fait arrêter et condamner la marquise de Brinvilliers, la célèbre empoisonneuse soupçonnée de sorcellerie, Mathias Desgrez, vieillard cacochyme et misanthrope, vivant seul avec une infirmière et quelques domestiques dans son immense château au fin fond de la Forêt Noire, voit débarquer, comme chaque été, ses deux neveux Marc et Stéphane, chacun fort impatient de le voir passer de vie à trépas et d'hériter de la fortune du vieux bonhomme. Ont été invités Michel Boissard, journaliste venu en compagnie de son épouse Marie (une descendante de l'aristocrate exécutée) pour consulter les archives du manoir, dans le dessein de rédiger un prochain ouvrage historique. Le lendemain, alors que la plupart des arrivants sont invités à un bal masqué chez des voisins, Mathias Desgrez meurt, après avoir ingurgité son habituelle mixture nocturne composée d'œufs battus et de porto qui lui aurait été apportée dans sa chambre par une étrange femme habillée en tenue aristocratique, disparaissant ensuite mystérieusement à travers un mur de la pièce, selon les dires de la vieille cuisinière, témoin involontaire de la scène...

>>> Un mélange lourdement hétéroclite de situations souvent discutables quant à leur véracité et leur plausibilité, plombé par une pesante accumulation d'évènements surnuméraires donnant à l'ensemble la dérangeante impression d'un indigeste pot pourri, d'une frelatée macédoine à laquelle s'est invité le Grand-Guignol...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Saison Cinématographique 1962
- Cinéma numéro 66
Critiques (Public)
Julien Duvivier, hésitant entre le thriller et le fantastique n'a pas réussi l'adaptation de l'excellent roman de John Dickson Carr. Et pourtant le film reste une curiosité : de bons acteurs, de belles images en noir et blanc (la Forêt- Noire), une atmosphère oppressante... Le résultat serait assez tiède mais la cultissime Edith Scob transcende le film par sa présence étrange et poétique, éthérée et lumineuse à la fois. On songe alors au chef-d'oeuvre qu'aurait pu réaliser Georges Franju s'il avait été aux commandes... AXEL.