LE SOLDAT LAFORET - 1970

Titre VF LE SOLDAT LAFORET
Titre VO
Année de réalisation 1970
Nationalité France
Durée 1h37
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 14
Date de sortie en France 01/05/1974
Thème(s)
Deuxième Guerre Mondiale (Cinéma français)
Epouvantails
Chiens (Cinéma français)
Chasse
Armée (Cinéma français)
Lièvres et lapins
Triolisme
La Résistance (et la collaboration) -Seconde Guerre Mondiale- (Cinéma français)
Barques, pirogues, chaloupes et autres canots .....
Jeux (dés) (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
CAVAGNAC Guy
Chef(s) Opérateur(s)
STROUVE Georges ELISSALDE Juan MENUET Clément
Musique
VINCENT Roland
Renseignements complémentaires
Scénario, adaptation et dialogues : Guy Cavagnac
et Claude Delmas .....
Assistant-réalisateur : Denis Epstein
Conseiller technique : José Pinheiro

Visa d'exploitation : 37 773

Distribution DVD : Carlotta Films

Suppléments :

- "Retrouvailles" (14 minutes) :
Guy Cavagnac et Catherine Rouvel se remémorent leur rencontre, Jean Renoir et le tournage du film .....

- "Un film de couple" (7 minutes) :
Catherine Delmas (monteuse) et Claude Delmas (scénariste) se souviennent de leur rencontre
avec Guy Cavagnac et abordent le sentiment de liberté intemporel du Soldat Laforêt .....

- "Pour une contre-histoire du cinéma" (7 minutes) :
Christophe Gauthier, ancien conservateur de La Cinémathèque de Toulouse, parle de l’importance de la conservation
et de la restauration du cinéma régional dont fait partie Le Soldat Laforêt .....


- "La vota" (21 minutes) :
Un court-métrage réalisé par Guy Cavagnac .....
À l’occasion de la fête annuelle du village de Salles-Courbatiès, toutes les générations se retrouvent devant la caméra
pour évoquer ce que ce moment de fête signifie pour elles .....
Acteurs
ROUVEL Catherine
VIMES Madeleine
BARENTIN Nadia
HARDENBERG Sarah
FOSSIER Joëlle
VAN HOOL Roger
RABAL Francisco
SARDOU Fernand
HALLER Bernard
RISPAL Jacques
DYNAM Jacques
COURSEAUX Henri
LOCQUIN Christine
BARTEL Christine
DELACOUR Jean-François
LOÏK Stéphanie
Résumé

Une petite unité de soldats français, en patrouille dans la rayonnante campagne aveyronnaise, vient de reprendre sa marche, après une salutaire et trop courte pause, de l'avis même des braves et râleurs fantassins. Quelques minutes plus tard, l'un d'eux, le soldat Claude Laforêt, assailli par un pressant besoin naturel, s'en vient se réfugier dans les hautes futaies bordant le chemin, afin de se soulager en toute quiétude et discrétion. Cet hygiénique aparté va lui faire finalement perdre le contact avec le reste de la troupe et bientôt s'égarer dans l'épais sous-bois et les prairies environnantes. A la suite d'une vaine tentative pour rejoindre l'autre rive d'une paisible rivière, il se laisse finalement voguer au gré du courant, rapidement assoupi par tant d'harmonie et de sérénité environnementales. Commence une intemporelle et fort erratique navigation incontrôlée, qui le fait échouer sur un bord sablonneux de la rivière, bientôt agressé par un adjudant un peu fêlé (excellent Bernard Haller) qui le prend tout d'abord pour un espion allemand et qui, lui aussi, a perdu son régiment, par la faute de rétifs et perturbants lacets, selon lui impossible à nouer correctement. Après quelques atermoiements et de longues justifications, le gradé et le troupier se séparent, réconciliés. C'est sur une route champêtre que le soldat Laforêt va croiser et aider un volubile couple chamailleur, en pleine exode, à tirer leur encombrante charrette vers un improbable refuge salutaire. Les quittant dare-dare, il fera connaissance avec la délurée Diane, laquelle passera la nuit avec lui, le couple ayant investi une bâtisse visiblement abandonnée par ses anciens occupants. Au matin, comme la jeune femme a disparu de la maison, notre soldat repart gaillardement, invité quelques heures plus tard par un quidam visiblement malheureux, à goûter à sa généreuse réserve d'eau de vie. Commencent moult déambulations forestières, où il retrouve enfin Diane qui vit avec le dénommé Paco, un réfugié d'origine espagnole pour former un sympathique mais précaire trio qui, lors de quelques jours d'harmonieuse cohabitation s'avèrera impossible, occasionnant ultérieurement un nouveau départ et la rencontre de Laforêt avec un groupe de résistants hédonistes et dilettantes...

>>> Seul long métrage commis par le metteur en scène Guy Cavagnac, cette œuvre rare et souvent méconnue, même par un public cinéphile, qui bénéficia d'une courte et fugitive distribution dans l'hexagone, quatre années après sa réalisation, se retrouve désormais disponible pour la première fois en édition dvd. Cette frivole ode à la nature, à la consonance des corps et des esprits, dépasse largement la période de la Seconde Guerre Mondiale, ponctuée par quelques prises de vue documentaires d'époque, en générique, pour prendre une dimension largement universelle que l'on peut allègrement transposer à tous conflits, individuels ou collectifs, physiques ou verbaux...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Télérama numéro 1268
- Avant-Scène numéro 636
- Cinéma numéro 186
- Saison Cinématographique 1972
- Ecran numéro 27
- Positif numéro 669
- La Revue du Cinéma numéro 265
- Cinématographe numéro 8

Critiques (Public)