SAMEDI SOIR ET DIMANCHE MATIN - 1960

Titre VF SAMEDI SOIR ET DIMANCHE MATIN
Titre VO Saturday night and sunday morning
Année de réalisation 1960
Nationalité Grande-Bretagne
Durée 1h30
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 17
Date de sortie en France 16/06/1961
Thème(s)
Fêtes foraines et parcs d'attractions (Cinéma britannique)
Pêche et pêcheurs (Cinéma britannique)
Milieu ouvrier (Cinéma britannique)
Cinéma britannique (ORIGINE)
Alcoolisme et autres beuveries (Cinéma britannique)
Avortement
Free Cinéma (britannique)
Jeux (cartes)
Rats et autres souris (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
REISZ Karel
Chef(s) Opérateur(s)
FRANCIS Freddie
Musique
DANKWORTH John
Renseignements complémentaires
Scénario : Allan Sillitoe
d'après son roman .....
Produit par Tony Richardson
Distribution : Solaris Distribution
Distribution DVD : doriane films

En complément : un court métrage de Karel Reiz :

"C'est nous les gars de Lambeth"

Nota :

- British Film Awards 1960 : Meilleur Film, Meilleure Interprétation Féminin, Meilleur Espoir Masculin

- Meilleur Acteur, Meilleur Film et Prix FIPRESCI, Festival de Mar del Plata 1961

- Meilleur Acteur, NBR Award (USA)
Acteurs
FINNEY Albert
FIELD Shirley Ann
ROBERTS Rachel
ROSSINGTON Norman
BAKER Hylda
PRINGLE Bryan
MORRIS Edna
BUNNAGE Avis
PETTITT Frank
WAGSTAFFE Elsie
CAWDRON Robert
BLAKELY Colin
SALLIS Peter
RICHMOND Irene
DUNN Louise
MADDEN Peter
HALL Cameron
WILLIAMSON Alister
BLAKE Anne
CHESNEY Diana
AVON Roger
Résumé

Arthur Seaton, vingt-trois ans, est un solide ouvrier trimant à la chaîne dans une vague usine d'armement de la banlieue de Nottingham. Contrairement à ses camarades de travail et à son entourage familial, il n'accepte guère la médiocrité de son quotidien et jette un regard critique, mais non politique sur sa condition. Son existence basique durant toute la semaine, derrière son assourdissant tour professionnel qui le fait façonner un millier de balles par vacation, prend seulement les week-ends une tangible assurance, entre Brenda, une discrète maîtresse, épouse d'un falot collègue de boulot, d'agréables et banales parties de pêche et d'interminables stations arrosés dans un immuable et bruyant pub de quartier. C'est d'ailleurs là qu'il fait la connaissance de la jeune Doreen Gretton avec laquelle il ébauche une affichée liaison amoureuse, tout en continuant de fréquenter épisodiquement Brenda. Cette dernière finit par lui annoncer, inquiète et passablement affolée, qu'elle est enceinte de ses oeuvres...

>>> Avec l'écrivain Alan Sillitoe au scénario, Albert Finney débutant devant la caméra, Freddie Francis devant l'objectif, Tony Richardson comme producteur et Karel Reisz pour son premier long métrage, un résultat incontournable de probité et d'efficacité, fleuron du "Free Cinéma britannique", un mouvement cinématographique novateur, contestataire, à contre-courant des productions anglaises de l'époque...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Avant-Scène numéro 294
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Cahiers du Cinéma numéro 122
- Cinéma 61 numéros 54, 58
- Télé-Ciné numéro 99
- Image et Son numéros 144 et 174
- Saison Cinématographique numéro 1961
- Positif numéros 43
Critiques (Public)
Karel Reisz dresse un constat sans complaisance de la jeunesse ouvrière des années 50. A valeur documentaire, cette oeuvre annonce les mouvements libertaires, parfois nihilistes qui allaient suivre dans les années 60 et 70. La mise en scène est sèche et juste, l'interprétation est très solide. Hautement recommendable dans la filmographie de son auteur, "Saturday night, sunday morning" est un film incontournable du cinéma "social" britannique. Une digne ascendance des meilleurs films de Loach. 17/20 R. Cadell