LE PECHE SUEDOIS - 1962

Titre VF LE PECHE SUEDOIS
Titre VO Barnvagnen
Année de réalisation 1962
Nationalité Suède
Durée 1h30
Genre DRAME
Notation 15
Date de sortie en France 27/05/1964
Thème(s)
Milieu pop / rock / rap (Autres pays)
Puzzles
Voyances, cartomancie et autres divinations (tous pays confondus)
Accouchements
Cinéma suédois (ORIGINE)
Adolescence (Cinéma suédois)
Alcoolisme et autres beuveries (Cinéma suédois)
Tramways
Réalisateur(s)
WIDERBERG Bo
Chef(s) Opérateur(s)
TROELL Jan
Musique
JOHANSSON Jan VIVALDI Antonio
Renseignements complémentaires
Scénario : Bo Widerberg
Distribution : Films de la Pléiade

Visa d'exploitation : 27 873
Acteurs
TAUBE Inger
BERGGREN Thommy
PASSGARD Lars
AKSELSON Ulla
ÖHLUND Gunnar
JONSSON Bill
BRUNDIN Lena
TORSTENSSON Stig
Résumé

Dans la grisaille de Malmö, une jeune fille de dix-huit ans, prénommée Britt, cherche un équilibre improbable, entre des parents effacés et vertigineusement ternes, scotchés à leur télévision et leurs pesantes désillusions, un petit frère inexistant et de saumâtres petits boulots en usine, laids et mécaniques, qu'elle quitte à chaque fois au bout de quelques semaines ou quelques mésententes. Une après-midi, elle se fait aborder par un jeune garçon, Björn, plutôt éméché, issu d'un milieu bourgeois, qu'elle doit revoir le lendemain. Mais le garçon n'est pas au rendez-vous. Elle accepte, quelques jours plus tard, une virée en voiture, avec une autre rencontre, un certain Robert qui rêve de briller au firmament des crooners avec son petit orchestre de banlieue. Rapidement enceinte, elle vient vivre chez lui et trouve un travail dans une entreprise de repassage industriel. Ni la vie commune ni l'amidon quotidien ne durent et ne plaisent longtemps. Elle loue une chambre, retrouve un emploi dans une boutique de mode et revoit par hasard Björn fort aimable mais plutôt traumatisé par le départ de sa mère, en compagnie de son amant, pour aller vivre à Paris. Ils se disputent rapidement. Elle retrouve avec un certain plaisir sa solitude, préférant fréquenter épisodiquement Robert, avec l'idée d'élever son enfant seule. Le bonheur, version suédoise...

>>>Première réalisation de Bo Widerberg qui rappelle par certains cotés les débuts d'un Milos Forman pour la fraîcheur de ses mouvements de caméra, ses préoccupations adolescentes et les inévitables arrière-plans sociaux économiques de l'époque. Déjà un style fortement affirmé, un sens aigu des problématiques existentielles, une tenace et précise rigueur descriptive des conditions d'existence et de travail qui le mèneront, avec bonheur, à des oeuvres plus politiques, plus élaborées et plus revendicatrices...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Cinéma numéros 77 et 87
- Image et Son numéro 175
- Positif numéros 54/55
- Cahiers du Cinéma numéro 158
- Saison Cinématographique 1963 et 1964
Critiques (Public)