LES PORTES DE LA NUIT - 1946

Titre VF LES PORTES DE LA NUIT
Titre VO
Année de réalisation 1946
Nationalité France
Durée 2h00
Genre FANTASTIQUE
Notation 17
Date de sortie en France 03/12/1946
Thème(s)
Métro (Cinéma français)
Prévert (Jacques)
Réalisateur(s)
CARNE Marcel
Chef(s) Opérateur(s)
AGOSTINI Philippe
Musique
KOSMA Joseph
Renseignements complémentaires
Scénario : Jacques Prévert
d'après son ballet "Le rendez-vous" .....
Décors : Alexandre Trauner
Chanson : "Les enfants qui s'aiment"

Visa d'exploitation : 3834
Acteurs
BRASSEUR Pierre
MONTAND Yves
REGGIANI Serge
FABRE Saturnin
CARETTE Julien
BUSSIERES Raymond
VILAR Jean
NATTIER Nathalie
ROBIN Dany
BERRY Mady
MARKEN Jane
FONTAN Gabrielle
LORIS Fabien
BATAILLE Sylvia
DORIA Max
REAL Pierre
PERRIN Jacques
SIMON Christian
BLANCARD René
AUBER Brigitte
Résumé
Un simple ouvrier parisien, en février 1945, rencontre un étrange clochard qui incarne le Destin et qui va lui prédire son avenir pour les jours à venir. Ancien résistant, il tombera amoureux de Malou, une jeune femme extrêmement belle, mais fille de collaborateur...

>>> Ecrit à l'origine pour Marlène Dietrich et Jean Gabin, un film qui fut traité avec mépris par la critique de l'époque, mais qui à l'aune du temps, a été réévalué jusqu'à devenir un véritable "classique" du cinéma français représentatif du célèbre réalisme poétique de Marcel Carné...
Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Radio-Cinéma numéro 430
- Image et Son numéro 189
Critiques (Public)
C'est vrai qu'ils ont été bien sévères avec ce presque chef-d'oeuvre. Certains le sont d'ailleurs toujours. Mais Paris la nuit n'a peut-être jamais été si bien filmé. Le constat porté rejoint presque la noirceur implacable d'un Allegret, et l'on s'éloigne des lueurs d'espoir d'avant-guerre. Pourquoi "presque" chef-d'oeuvre ? Parce qu'à côté du génie d'un Brasseur (à la Le Vigan), de la vérité d'un Carette ou d'un Bussières, du désespoir d'un Reggiani et, surtout de la présence obsédante d'un Vilar, qu'on croit voir apparaître sans cesse comme un "élément" animé du décor de Trauner (certains ont osé qualifier son interprétation de "datée"!), Montand semble un nain au pays des géants.   JEFF COSTELLO

"Je suis le destin je vais, je viens c’est tout". Entre collabos, exploiteurs du peuple, travailleurs laborieux, existentialistes et résignés, "Les portes de la nuit" pansent les plaies d’un Paris d’après-guerre, imprégné localement d’une peur de l’autre et d’un fantastique décalé, répandu par un prédicateur insensible, omniprésent, tentant de relancer la machine des sentiments, en imposant à une faune en perte de repères, propos soudains et inquiétants. Les cibles sont dévisagées, approchées, effleurées. Les destinées sont distribuées dans les bars, sous le métro, dans les restaurants, par un prophète au regard vague, articulé par la parole divine. Les prédictions, bien souvent dramatiques, parsemant le trajet de ces oisifs en mal de vivre, alors que tout est à reconstruire, sont brutales et sans sommations. Préalablement conçu pour Marlène Dietrich, à laquelle Nathalie Nattier ressemble étonnamment et Jean Gabin, "Les portes de la nuit", magnifique danse sensitive entre des pantins articulés par un maître de jeu prophétique, débitant un verbe ne semblant pas être perçu, reste globalement accablant d’ennui. Le climat irréel, pessimiste et sombre, cher au cinéaste, s’exécute dans un parcours lancinant, faisant lentement abaisser les paupières. Cet opus déprimant s’aligne sur une manière de faire personnelle, mettant en valeur les destinées tragiques de personnages accablés de négatifs, dans un environnement ne faisant qu’encourager les débordements. Bavard, constellé de scènes inutiles "Les portes de la nuit" ne sont pas la bonne adresse pour quérir joies et bonne humeur. Tout n’est qu’une respiration humaine effondrée par la néantisation d’entreprendre. L’instable et le larmoiement ont pignon sur rues, dans un avenir imposé par le destin, que l’homme en plein désastre ne peut envisager par lui-même. Les feuilles mortes, ce sont ces êtres improductifs, rongés par leurs fatalismes. Mention spéciale dans ce petit naufrage, à Jean Vilar, le destin qui par son regard halluciné rappelle l’extra-terrestre Robert le Vigan. JIPI