L'HONNEUR PERDU DE KATHARINA BLUM - 1975

Titre VF L'HONNEUR PERDU DE KATHARINA BLUM
Titre VO Die verlorene Ehre der Katharina Blum
Année de réalisation 1975
Nationalité Allemagne
Durée 1h44
Genre DRAME PSYCHOLOGIQUE
Notation 17
Date de sortie en France 31/03/1976
Thème(s)
Films politiques (Cinéma allemand) (est et ouest)
Journalisme et presse (Cinéma allemand) (est et ouest)
Cinéma allemand (ORIGINE)
Milieu judiciaire et juridique (Cinéma allemand) (est et ouest)
Böll (Heinrich)
Réalisateur(s)
SCHLÖNDORFF Volker VON TROTTA Margarethe
Chef(s) Opérateur(s)
LOHMANN Dietrich VACANO Jost
Musique
HENZE Hans-Werner
Renseignements complémentaires
Scénario, adaptation et dialogues : Volker Schlöndorff
et Margarethe von Trotta .....
d'après le récit de Heinrich Böll
Distribution : CIC

Visa d'exploitation : 45 467

Nota :

- Prix OCIC et Prix CEC, San Sebastian 1975 .....

- Prix de la Critique 1975 à Angela Winkler .....

- Deutscher Filmpreis 1976 ; Filmband in Gold :

- Meilleure comédienne (Angela Winkler)

- Meilleure photographie (Jost Vacano)
Acteurs
WINKLER Angela
ADORF Mario
BENNENT Heinz
LASER Dieter
HOGER Hannelore
PROCHNOW Jurgen
STRIETZEL Achim
KUHLMAN Harald
BECKER Rolf
VOSGERAU Karl Heinz
LUTZ Régine
EICHHORN Werner
WEISSE Leo
GONTERMANN Walter
FUX Herbert
HILLEBRECHT Angela
VON LYCK Henry
HAEBERLE Horatius
LINDEN Hildegard
THOENNESSEN S.
FRANKE Peter
GIEVENS Josephine
NESSELHUT Bernd
WREDENHAGEN Olivia
Résumé

Une jeune femme en relation avec un homme quelque peu marginal, recherché par les forces de police, est accusée à tort par la presse à sensation. L'histoire finira fort mal. En effet, Katharina Blum, gouvernante chez l'avocat Bloma et chez sa femme Trude, rencontre par hasard le dénommé Ludwig Gotten, recherché pour vol, qu'elle emmène dans son appartement. Ce sera le début d'une incroyable et dramatique descente aux enfers, causée par l'odieux et vil Werner Totges, reporter au "Journal"...

>>> Un film politique d'une rare intelligence, magnifiquement interprété...

Bibliographie
- Contreplongée
- Dossier Ufoleis
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Saison Cinématographique 1976
Critiques (Public)
"L'honneur perdu de Katharina Blum" est un film engagé admirablement conçu. Tourné à l'époque la plus "chaude" "des années de plomb", il marche à contre-courant des mouvements d'opinion et journalistiques alors développés. Un coup de foudre lors d'une soirée amène une jeune femme, Katharina, à recevoir chez elle un homme dont elle ne sait rien, mais qu'elle décide de cacher lorsqu'elle apprend que la police le recherche. Ici, pas d'idéologie extrémiste exprimée ou latente. Ce sont hasard et amour qui provoquent une complicité fatale. Dès lors, la logique qui se déclenche est aussi inattendue que puissante dans sa dénonciation. Le terroriste, n'est plus le fruit d'une société défaillante, mais la société elle-même est terroriste. La grande machine répressive qui s'enclenche devant nos yeux est celle qui nous entoure, mais que nous tolérons parce qu'elle génère l'Ordre; l'ordre de ceux qui demeurent intouchables. Alors l'indifférence devient le meilleur soutien de la "Justice". Le respect de la tranquillité de la majorité permet la répression toute aussi tranquille de la minorité insoumise. Les grands leurres de notre société sont ainsi, mis sur le ban des accusés. Les plus grands des terroristes sont les mieux protégés. Celui, ou "celle" en l'occurrence, qui perd son honneur sont les moins puissants. Aux faibles de payer le prix de leur vulnérabilité... D'autres sont impliqués, mais ils ont le bouclier tout puissant qui définit notre Grande et Belle Justice : l'argent, la renommée, "les appuis de haut niveau"... Le meurtre final n'est que la conclusion logique d'un long plaidoyer contre une société qui n'a plus besoin de la peine de mort pour annihiler les esprits. MILAN