L'ANGE DE LA RUE - 1928

Titre VF L'ANGE DE LA RUE
Titre VO Street angel
Année de réalisation 1928
Nationalité Etats-Unis
Durée 1h57
Genre DRAME
Notation 19
Date de sortie en France
Thème(s)
Cirque (Cinéma américain)
Peintres, peinture et tableaux (Cinéma américain)
Singes (Cinéma américain)
Prostitution (Cinéma américain)
Chèvres et boucs (tous pays confondus)
Voyances, cartomancie et autres divinations (tous pays confondus)
Ours
Echasses (tous pays confondus)
Bateaux à voiles
Alcoolisme et autres beuveries (Cinéma américain)
Prisons (Cinéma américain)
Chefs-d'oeuvre (Mélodrame)
Réalisateur(s)
BORZAGE Frank
Chef(s) Opérateur(s)
PALMER Ernest
Musique
RAPEE Erno
Renseignements complémentaires
Scénario : Mario Orth
Adaptation : Philip Klein et Henry
Roberts Symonds .....
d'après la comédie de Monckton Hoffe :
"The lady Cristilinda" .....
Produit par Sol M. Wurtzel

Nota :

- Oscar 1928 de la meilleure actrice pour Janet Gaynor .....
Acteurs
GAYNOR Janet
FARRELL Charles
TRENTO Guido
ARMETTA Henry
KINGSTON Natalie
RABAGLIATI Alberto
LIGGETT Louis
DICKINSON Milton
HERMAN Helena
BRUNO Jennie
CONTI Gino
KASHNER Dave
GENARDI Frankie
ALEXIS Demetrius
FRANDI Italia
FRANDI Venezia
Résumé
                                                                      Partout, dans chaque ville, dans chaque rue,
                                                                      nous croisons sans le savoir de belles âmes
                                                                            grandies par l'amour et l'adversité...

Dans l'impossibilité de payer le médicament nécessaire à sa mère qui se meurt d'une méchante fièvre, Angela tente par tous les moyens de se procurer auprès des chalands et des commerçants de ce pauvre quartier napolitain, les vingt lires nécessaires à l'achat du précieux remède. Elle est rapidement arrêtée par deux gendarmes en patrouille et condamnée à un an de détention pour délit de vol et racolage sur la voie publique. Parvenue à prendre la fuite, pour finalement constater le décès de sa mère, Angela trouve refuge auprès d'un petit cirque ambulant qui va la cacher et l'intégrer comme acrobate dans leur troupe. C'est ainsi qu'elle fera la connaissance d'un peintre bohème, prénommé Gino qui va faire son portrait, pétri par l'affection naissante qu'il lui porte. Perturbée, lors d'une représentation, par le passage de deux carabiniers, elle fait une lourde chute en échasses, désormais dans l'impossibilité de continuer son attrayant numéro. Avec Gino, elle repart pour Naples, afin de consulter un spécialiste, et s'installe à nouveau dans le vieux quartier de son enfance gangréné par la misère et la pauvreté. Afin de survivre à des conditions d'existence précaires, Gino se résout à vendre le tableau qu'il avait peint de sa bien-aimée, à un intraitable marchand qui songe déjà au maquillage de la toile et la faire passer pour une représentation de la madone, peinte au dix-huitième siècle. Et voilà qu'un soir, Angela est malencontreusement reconnue par le sergent Neri, un des pandores de son arrestation...

>>> Un splendide et flamboyant mélodrame d'une intensité émotionnelle suffocante, avec une étonnante et attirante actrice, Janet Gaynor, qui va enchaîner trois chefs-d'oeuvre du réalisateur, avec comme partenaire masculin, Charles Farrell, un des acteurs les plus séduisants de la période du cinéma muet...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Pour Vous numéro 9
- Cinémagazine numéros 29,36,49 (1928) et 13 (1929)
- L'Avant-Scène numéro 578
- Positif numéro 386

Critiques (Public)