LE CAPITAN - 1960

Titre VF LE CAPITAN
Titre VO
Année de réalisation 1960
Nationalité France
Durée 2h00
Genre AVENTURES
Notation
Date de sortie en France 05/10/1960
Thème(s)
Cape et d'épée
Zevaco (Michel)
Poisons (Cinéma français)
Réalisateur(s)
HUNEBELLE André
Chef(s) Opérateur(s)
GRIGNON Marcel
Musique
MARION Jean
Renseignements complémentaires
Scénario : André Hunebelle
et Jean Halain .....
d'après le roman de Michel Zevaco
Dialogues : Jean Halain
Distribution : Pathé

Visa d'exploitation : 23 468

Nota :

- Autre version de Robert Vernay (1945) en deux épisodes .....
Acteurs
MARAIS Jean
BOURVIL
FOA Arnoldo
MARTINELLI Elsa
BRUNO Pierrette
DELAMARE Lise
POREL Jacqueline
DELORME Guy
PIERAL
PERES Marcel
PREBOIST Paul
FOURCADE Christian
COQUELIN Jean-Paul
ANDERSON Annie
FANTI Elisabetta
DELDICK Françoise
BERGER Jean
PORTE Robert
BILLEREY Raoul
PATORNI Raphaël
SANTUCCIO Gianni
ARBESSIER Louis
BEAUCHAMP Edmond
BUGETTE Louis
TAMIZ Edmond
COUTET Henri
DUROU Pierre
ARENE Michel
MONTANT Georges
ROUZIERE Jean-Michel
NADAL François
JONNY-MARY
ROUSSEL René
BLANCHEUR Jean
BONNARDEL André
JANEY Alain
LABB Benoîte
MUSSON Bernard
Résumé

Au début du 17eme siècle, sous le règne de Louis XIII, les moult aventures rocambolesques de François De Capestan, surnommé "Le Capitan". Il est amoureux d'une belle inconnue qui n'est autre que la fille du duc d'Angoulême, et devra s'opposer aux sbires du ministre Concini, infâme conspirateur...

>>> Un nouveau film de cape et d'épée, plutôt ordinaire dans sa réalisation et son propos, qui nous montre l'adresse et le talent de Jean Marais dans les rôles à costumes qu'il affectionne énormément, tels "Le bossu", "Le comte de Monte-Cristo" ou encore, "Le capitaine Fracasse", au point de nous en lasser, parfois...

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
Toutes les qualités sont réunies pour faire de ce film l'un des meilleurs cape et d'épée français. Jean Marais et Bourvil, excellents dans les rôles respectifs de grand seigneur et de valet. BRICE

Film de cape et d'épée plein de panache. Inutile de mentionner les morceaux de bravoure, maintes fois décrits (Jean Marais escaladant la forteresse à mains nues). Saluons plutôt les prestations réussies d'Arnoldo Foa et de Jacqueline Porel dans le rôle des Concini, méchants efficaces, de Guy Delorme, excellent acteur et cascadeur, avec son beau faciès de traître, d'Annie Anderson, cette actrice indolente et monocorde aux beaux yeux violets dégageant une tristesse et une émotion contenue qui la conduira au suicide... Le moins convaincant est la séquence chantée par Bourvil et Pierrette Bruno, bien sympathiques, mais on n'est pas chez Francis Lopez. Ne pas mélanger les genres s'il vous plaît...

Il y a des petits problèmes avec l'adaptation du roman, des petits problèmes avec le montage, la scène de la soi-disant destruction d'un pont-levis qui tombe à plat, dommage. Dommage aussi les problèmes de raccords qui n'en sont pas ! Et surtout je ne comprend pas que l'on ai pu éclairer d'une façon si invraisemblable toutes les scènes d'intérieur : la crise de l'énergie n'existait pas à l'époque, et vas-y donc que je t'éclaires ça dans tous les sens avec des spots de 1000 watts ! Dommage, car le charme du couple Jean Marais et Bourvil opère encore avec son côté bon enfant d'une autre époque. J'en retiens qu'André Hunebelle voit plutôt cette réalisation comme une série de chromos ou tableaux assez statiques, et encore une fois avec des problèmes de raccords... Même la musique par moments ne forme pas un tout avec l'image.