LE CHATEAU DU VICE - 1971

Titre VF LE CHATEAU DU VICE
Titre VO
Autres titres VF LA PLUS LONGUE NUIT DU DIABLE
Autres titres VF AU SERVICE DU DIABLE
Autres titres VF LA NUIT DES PETRIFIES
Autres titre VO In dienst van de duivel
Autres titre VO La terrificante notte del demonio
Année de réalisation 1971
Nationalité Belgique / Italie
Durée 1h35
Genre HORREUR
Notation 10
Date de sortie en France 03/04/1974
Thème(s)
Cinéma belge (ORIGINE)
Le diable et ses démons (Autres pays)
Journalisme et presse (Autres pays)
Autobus et autocars (tous pays confondus)
Jeux d'échecs (tous pays confondus)
Serpents (tous pays confondus)
Pactes et voeux (pas toujours très catholiques) (tous pays confondus)
Escrime (tous pays confondus)
Représentant(e)s du culte (Cinéma belge)
Vierges de fer ou de Nuremberg (tous pays confondus)
Homosexualité féminine (Cinéma belge)
Goules et ghoulies (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
BRISMEE Jean
Chef(s) Opérateur(s)
BAUDOUR Michel GOEFFERS André
Musique
ALESSANDRONI Alessandro
Renseignements complémentaires
Scénario et dialogues : Patrice Rhomm
et Pierre-Claude Garnier .....
Supervision : André Hunnebelle
Distribution : Comicico


Acteurs
BLANC Erika
SERVAIS Jean
EMILFORK Daniel
RAIMBOURG Lucien
EMMANUELLE Colette
NOVAK Ivana
HENDER Frédérique
CORRIGAN Shirley
TERZON Lorenzo
GARDEN Yvonne
DE GROOTE Maurice
MAILLET Christian
DEVILLE Carole
MONSEAU Jacques
Résumé

Berlin 1945, la grande cité teutonne se délite sous les bombardements incessants des forces alliées. Madame la baronne von Rhoneberg se meurt en accouchant d'une petite fille que son mari, un officier allemand, transperce d'un coup de poignard déterminé, après l'avoir promptement baptisée. Bien des années plus tard, une fringante journaliste interviewe l'aristocrate personnage, dans son lugubre château en Forêt Noire, l'interrogeant sur l'étrange malédiction qui semble sévir depuis des siècles dans sa nobiliaire famille. On la retrouvera, quelques jours plus tard, dans les environs de la sinistre bâtisse, victime d'une crise cardiaque, littéralement morte de terreur. Pendant ce temps, un minibus touristique et ses sept passagers en quête de détente et de vacances, vont se trouver obligés de séjourner dans l'inquiétante demeure, suite à un problème routier, bientôt rejoints par une affriolante et mystérieuse demoiselle, Lisa Müller, qui serait l'enfant illégitime de Martha, la servante, et du baron. A nouveau questionné sur le funeste mauvais sort qui oppresse la descendance des von Rhoneberg, le baron évoque un pacte diabolique passé par un de ses ancêtres et la tragique conséquence de cette alliance satanique, métamorphosant à chaque génération, l'élément féminin de la famille, en sanguinaire goule. Une nuit terrifiante se prépare pour les inattendus convives, chacun devra mourir selon un des sept péchés capitaux qui l'anime et le personnifie. Seul un jeune séminariste croira un temps pouvoir défier les ruses et la puissance du Diable, quitte à se sacrifier pour le salut éternel des victimes, mais devra lui aussi, finalement, s'avouer vaincu et damné...

>>> Une curiosité bien terreuse, comme le visage d'Erika Blanc, à chaque fois qu'elle se transforme en goule insatiable, qui aligne et spécifie toute la morphologie et les schèmes inhérents à la plupart des oeuvres fantastiques du cinéma bis traditionnel et dont nous ne garderons en mémoire et en manoir que la revigorante et fascinante présence de Daniel Emilfork et son émacié visage d'outre-tombe...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Saison Cinématographique 1974
Critiques (Public)