CREPUSCULE A TOKYO - 1957

Titre VF CREPUSCULE A TOKYO
Titre VO Tokyo boshoku
Année de réalisation 1957
Nationalité Japon
Durée 2h21
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France
Thème(s)
Cinéma japonais (ORIGINE)
Avortement
Relations entre père et fille(s) (Autres pays)
Suicide (Cinéma japonais)
Jeux (mahjong) (tous pays confondus)
Milieu médical (Cinéma japonais)
Gynécologues (tous pays confondus)
Trains et gares (Cinéma japonais)
Jeux (pachinko) (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
OZU Yasujiro
Chef(s) Opérateur(s)
ATSUTA Yûharu
Musique
SAITO Kojun
Renseignements complémentaires
Scénario : Kogo Noda
et Yasujiro Ozu .....
Décors : Tatsuo Hamada
Produit par la Shochiku
Distribution : Alive

Visa d'exploitation : 84 845
Acteurs
ARIMA Ineko
RYU Chishû
YAMADA Isuzu
HARA Setsuko
NAKAMURA Nobuo
TAURA Masami
SHIN Kinzo
TAKAHASHI Teiji
SUGA Fujio
SUGIMURA Haruko
YAMAMURA Sô
FUJIWARA Kamatari
MIYAGUCHI Seiji
MIYOSHI Eiko
Résumé

Shûkichi Sugiyama est un pondéré et placide banquier veuf qui vit actuellement avec ses deux filles prénommées Akiko et Takako. Alors que la première végète dans le milieu étudiant, enceinte et en profonde crise existentielle, entre des études qui périclitent, son addiction pour le mahjong et une relation amoureuse incertaine, la seconde, mère d'une petite fille de deux ans, s'est séparée provisoirement de son époux alcoolique et dépressif, en pleins questionnements relationnels, pour venir vivre provisoirement chez son déférent paternel. Elle découvre finalement que sa mère est toujours en vie et qu'elle habite désormais dans un quartier animé de la capitale, avec un autre homme, où elle tient un bar fréquenté par des inconditionnels des jeux de cartes. Un retour qui ne fait qu'envenimer les dissensions affectives et insidieusement perturber le fragile équilibre des protagonistes sans cesse en hésitation...

>>> Dernier film en noir et blanc du réalisateur et peut-être l'une de ses réalisations majeures les plus pessimistes et les plus radicalement sombres, qui malgré un support musical souvent allègre et léger, dénote constamment de puissants ferments mélodramatiques impossibles à gérer harmonieusement par certains personnages en manque de confiance et de confidence envers leur entourage et leurs proches...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Positif numéros 203, 416, 424 et 551
Critiques (Public)