LE CHANT DES SIRENES - 1987

Titre VF LE CHANT DES SIRENES
Titre VO I've heard the mermaids singing
Année de réalisation 1987
Nationalité Canada
Durée 1h21
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 17
Date de sortie en France 30/09/1987
Thème(s)
Homosexualité féminine (Cinéma canadien)
Photos et photographes (Cinéma canadien)
Cinéma canadien (ORIGINE)
Alcoolisme et autres beuveries (Cinéma canadien)
Peintres, peinture et tableaux (Cinéma canadien)
Prix "Cinéfiches" des meilleures interprétations
Milieu culinaire (tous pays confondus)
Autobus et autocars
Vidéo (Moyen de communication)
Réalisateur(s)
ROZEMA Patricia
Chef(s) Opérateur(s)
KOCH Douglas
Musique
KARVEN Mark
Renseignements complémentaires
Scénario et montage : Patricia Rozema
Distribution : Sinfonia

Visa d'exploitation : 66 203
Acteurs
MAC CARTHY Sheila
BAILLARGEON Paule
MONETTE Richard
KAMINO Brenda
MAC DONALD Ann-Marie
ROZEMA Patricia
EVANS John
Résumé

Polly Vandersma, âgée d'une trentaine d'années, est une jeune femme rêveuse et lunaire, affublée d'une persistante imagination féconde et vagabonde, à l'existence volatile et décalée, cataloguée par les pontifiants psychologues de salon et de service "d'inadaptée organisationnelle" s'adonnant à la photographie en amateur et en catimini, qui vient d'être engagée comme secrétaire dans la galerie d'art de Gabrielle St.Peres, l'énergique directrice de l'endroit. Cette dernière traverse une complexe crise existentielle, entre la facticité du milieu artistique qu'elle côtoie et sa difficile relation affective avec la dynamique Mary Joseph, et ressent la présence de Polly et de sa simplicité, comme du baume au cœur et de l'apaisement bienvenus...

>>> Oeuvre étonnamment drôle, quelquefois émouvante qui ne peut laisser indifférent, avec ce personnage féminin, en marge et en imagination permanentes, une sorte de Jerry Lewis en jupons mâtiné de loufoquerie keatonienne, avec une anthologique séquence d'humour et de spontanéité dans un huppé restaurant japonais de Toronto...

"Polly est un personnage fantaisiste, simple, vulnérable et apparemment superficiel. Je rends le spectateur affectueusement complice de ses maladresses. Nous avons tous Polly en nous. Chacun pourra donc la comprendre et se retrouver parfois en elle. Le chant des sirènes n'est entendu que par ceux qui exercent leur imagination pour transmuter le quotidien." dixit la réalisatrice (canadienne) du film...

Bibliographie
- Positif numéros 317/318 et 321
- Cinéma numéros 399/400 et 410
- Avant-Scène numéro 364
- La Revue du Cinéma numéro 431
- Saison Cinématographique 1987
Critiques (Public)
Une oeuvre de femme, canadienne de surcroît qui mérite des éloges dithyrambiques pour la richesse d'interprétation des deux personnages principaux, la poésie diffuse de son propos, la qualité de sa réalisation.

Voilà une oeuvre qui vous réconcilie avec la vie ! D'un humour souvent à contre-temps, entre rêveries vagabondes et déphasages quotidiens, l'héroïne de cet étonnant petit film, malheureusement passé inaperçu, d'une fraîcheur enfantine et d'une candeur étonnamment positive, nous rachète de toutes nos aigreurs et déceptions quotidiennes...