LUNA PAPA - 1999

Titre VF LUNA PAPA
Titre VO Luna papa
Année de réalisation 1999
Nationalité Tadjikistan / Russie / Allemagne / Japon / France / Autriche / Suisse
Durée 1h47
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 17
Date de sortie en France 03/05/2000
Thème(s)
Vétérinaires (tous pays confondus)
Festival des Trois Continents de Nantes (Montgolfière d'Or)
Cinéma tadjik (ORIGINE)
Aéroports (et / ou) aviation civile (Autres pays)
Milieu du théâtre (Autres pays)
Handicapés mentaux (tous pays confondus)
Road-movies (Autres pays)
Balançoires (tous pays confondus)
Ronflements
Shakespeare (William)
Phares (tous pays confondus)
Milieu médical (Autres pays)
Serpents (tous pays confondus)
Chameaux et dromadaires
Ovins (tous pays confondus)
Pêche et pêcheurs (Autres pays)
Coccinelles (tous pays confondus)
Mariage (Autres pays)
Kolkhozes (tous pays confondus)
Trains et gares (Autres pays)
Side-car (tous pays confondus)
Lièvres et lapins
Réalisateur(s)
KHUDOJNAZAROV Bakhtyar
Chef(s) Opérateur(s)
DJURAEV Martin
Musique
NAZAROV Daler
Renseignements complémentaires
Scénario : Irakli Kvirikadze
Distribution : Ocean Films
Produit par Philippe Avril,
Thomas Koerfer, Karl Baumgartner,
Heinz Stussak et Igor Tolstunov .....

Visa d'exploitation : 96 033

Nota :

- Montgolfière d'Or, Festival des Trois Continents, Nantes 1999
Acteurs
MUHKAMEDSHANOV Ato
NINIDZE Merab
BLEIBTREU Moritz
MIRZORAKHIMOVA Lola
KHAMATOVA Chulpan
FOMENKO Nikolai
NASRIEV Azalbek
AKHIMOV Dinmukhammed
ABDULKAISOV Sheraly
POLINA Habibullah
Résumé

Fleur bleue et cœur vert, la virevoltante Mamlakat Bekmaroudova, âgée de dix-sept ans, succombe une nuit dans les bras d'un séduisant acteur de théâtre qu'elle ne connaît pas, dont elle ignore les traits et qui est membre d'une troupe itinérante déjà repartie vers d'autres scènes, d'autres représentations. Difficile de se confier à son vétérinaire de père, un veuf intransigeant et rigoriste, encore moins à son frère Nasreddin, complètement givré, qui se prend pour un aéroplane depuis qu'il a sauté sur une mine en Afghanistan. Refusant un mariage arrangé avec le fils d'un mafieux local, elle cherche vainement à se faire avorter, mais le médecin du dispensaire local succombe d'une balle perdue. Enfin au courant des rondeurs de sa fille qui commencent à s'affirmer, le paternel décide en compagnie de cette dernière d'écumer tous les théâtres jusqu'à Samarkand afin de trouver enfin le vil suborneur. Durant ces folles et farfelues pérégrinations, la jeune fille rencontre le sympathique Alik qui fait du trafic de sang et qui, bon enfant, accepte de l'épouser. Mais lors de la traditionnelle cérémonie villageoise des noces, il meurt ainsi que son beau-père, écrabouillé par un bœuf tombé d'un petit avion d'une compagnie régionale qui sillonne quotidiennement la région. Une nouvelle quête maritale commence sous les injonctions virulentes et moralisatrices des villageois outrés de la présence de cette déshonorée fille-mère sans mari patenté...

>>> Impressionnant festival baroque et loufoque entre humour subtil, tendresse diffuse et cacophonie permanente qui rappelle certains bienvenus délires d'Emir Kusturica, se permettant un dénouement fantasque et fantastique d'une étonnante facture aérienne.
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Annuel du Cinéma 2001
- Jeune Cinéma numéro 262
- Positif numéro 471
Critiques (Public)
"Bratan" (1991) et "Kosh ba kosh" (1992) avait révélé le talent de ce jeune réalisateur tadjik. Avec "Luna Papa", primé dans de nombreux festivals, Bakhtiar Khudojnazarov continue d’explorer son univers singulier situé au cœur de l’Asie centrale ; un univers où tout peut arriver et qui met le spectateur dans un état d’heureuse jubilation.

Souhaitons que longtemps encore, face aux colosses hollywoodiens qui déferlent sur nos écrans, nous ayons la chance de découvrir un autre cinéma et que certains producteurs européens continuent à prendre des risques. Les Films de l’Observatoire, une société de production de Strasbourg, a coproduit le film. Le choix fut judicieux. "Luna Papa" mérite le déplacement. Le spectateur se voit tourneboulé de bout en bout, embarqué dans un drôle de film inclassable aux accents surréalistes. "Luna Papa" est d’une fantaisie débridée en accord avec ce qu’est l’âme slave qui est loin d’être un simple cliché, selon Khudojnazarov lui-même. Jouant avec les codes du genre, le film passe du road movie au western en passant par le burlesque, la romance et la tragédie ; le tout avec une belle frénésie servi par d‘excellents comédiens. Le ton est à hauteur de l’histoire. Il est difficile pour Safar d’assumer la charge de son fils qui est revenu fêlé de la guerre, et qui se prend pour un avion, et celle de sa fille qui attend un enfant. La délicieuse Mamlakat, pour la grande honte de la famille et du village, a été engrossée une nuit de pleine lune sans qu’elle voit par qui. Embarquant son fils et sa fille, Safar veut retrouver le mystérieux géniteur. D’après Mamlakat, il s’agirait d’un comédien d’une troupe de théâtre itinérant. A travers une Asie Centrale au confluent du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan et du Kirghistan, la petite famille va vivre bien des aventures commentées par le bébé lui-même. D’aucuns jugeraient certaines situations du film absolument improbables. La réalité dépasse parfois la fiction. Il n’est pas si rare que des vaches tombent du ciel ! Khudojnazarov témoigne dans son film d’une belle tendresse pour ses personnages. Qui est initié reconnaît que l’on y parle le russe mais aussi le tadjik (une langue persane) et l’ouzbeck (une langue turque). Les personnages habitent un village du nom de Far-Khor, entièrement créé pour les besoins du film. Cette ville imaginaire, située dans un pays imaginaire, est faite d’un décor qui mêle des éléments d’Asie Centrale, de Turquie, de Grèce et de Mer noire. Il reflète les préoccupations politiques de Khudojnazarov. Le réalisateur souffre de l’éclatement de l’Union Soviétique qui a conduit à la création de nouveaux pays. En l’occurrence, il est nostalgique de ce temps où l’Asie Centrale ne connaissait pas de frontières. Khudojnazarov regrette que les questions de patrie se confondent à l’heure actuelle avec celles des liens du sang. "Luna Papa" est le film d’un habitant de l’Asie Centrale rêvant sa mère patrie ; un film plus politique qu’il n’y paraît et qui connaît une fin d’une poésie superbe tant du point de vue symbolique que visuel. Car "Luna Papa" est un film dont l’esthétisme est remarquable, notamment concernant l’élément eau qui est omniprésente alors que nous sommes en plein désert. Rarement scène d’amour a été filmée avec autant de sensibilité, comme si la lune ruisselait sur les corps... Un film qui est un véritable plaisir pour les sens et qui rassure sur les capacités que le cinéma a encore de surprendre et d’émerveiller. Elsa Nagel

Ses autres critiques cinématographiques

Son site : Ecrivain de votre vie