A TOMBEAU OUVERT - 1999

Titre VF A TOMBEAU OUVERT
Titre VO Bringing out the dead
Année de réalisation 1999
Nationalité Etats-Unis
Durée 2h01
Genre DRAME
Notation 15
Date de sortie en France 12/04/2000
Thème(s)
Empire State Building (New York)
Drogue -consommation- (Cinéma américain)
Ambulances (tous pays confondus)
Milieu médical (Cinéma américain)
Accouchements
Réalisateur(s)
SCORSESE Martin
Chef(s) Opérateur(s)
RICHARDSON Robert
Musique
BERNSTEIN Elmer
Renseignements complémentaires
Scénario : Paul Schrader
d'après le roman de Joe Connelly .....
Distribution : GBVI
Produit par Barbara de Fina
et Scott Rudin .....

Visa d'exploitation : 98 706

Nota : pour Martin Scorsese et Queen Latifah, uniquement la voix .....
Acteurs
CAGE Nicolas
ARQUETTE Patricia
GOODMAN John
RHAMES Ving
SIZEMORE Tom
ANTHONY Marc (2)
CURTIS Cliff
HURT Mary Beth
SERRANO Nestor
TURTURRO Aida
SOHN Sonja
ROMAN Cynthia
OMILAMI Afemo
JOHNSON Cullen O.
SCORSESE Martin
NASCARELLA Arthur
SOELISTYO Julyana
LECUBE Graciela
BURKE Marylouise
DIVENY Mary
FARRELL Tom Riis
SHAKLIN Aleks
DEL ROSARIO Jesus jr
FESSENDEN Larry
FRIEDMAN Bernie
KOGAN Theo
WALKER Fuschia
HEFFERNAN John
MAHER Matthew
DUDLEY Bronson
MAC DONALD Marilyn
JUPP Ed (junior)
HOFFMAN J.stanford
BERRY Don
GANT Mtume
NOTO Michael
SCROGGINS Omar
DAVOLI Andrew
GRANT Craig Mums
HUNTER Charlene
WILLIAMS Michael Kenneth
MALIN Jesse
WEBB Joseph Monroe
SIMON Harper
ABRAHAMS Jon
MICHAELSON Charis
YANG Lia
PAGAN Antone
MARSALA Melissa
SOMERVILLE Phyllis
MILLER Betty
GOMEZ Rosemary
RODRIGUEZ Luis
REIDY Joseph P.
KELEGIAN Sylva
CIORNEI Frank
NEWMAN Jennifer lane
GANEY Catrina
BAL John
CASSAR Raymond
CAPPADONA Tom
FOSTER Randy
O'CONNELL Jack
SPORE Richard
HANLON James
EDWARDS Chris (2)
GIORDANO Mark
MULHEREN Michael
ZAYAS David
SERPICO Terry
SMYJ Brian
RESNICK Floyd
LEIGH Megan
VASQUEZ David
REYES Judy
DE FINNA Bart
CAMPBELL Carolyn
QUEEN LATIFAH
PATANO Tonye
KELLY Sean (4)
Résumé

New York, début des années 1990. Au volant d'une puissante ambulance et en compagnie d'un fidèle associé, Frank Pierce sillonne les nombreuses rues d'un minable secteur du quartier de Manhattan, surnommé Hell's Kitchen, pour sauver les quidams, victimes de la pauvreté, de la misère, des accidents et des agressions. Il perçoit son travail comme un indicible sacerdoce, une nécessité vitale qui lui permet de survivre à cette existence hautement douloureuse. Un attachement touchant et impalpable le fait s'occuper plus spécialement d'une jeune droguée, une certaine Mary Burke, et de son père, victime d'un grave arrêt du coeur...

>>> Un Scorsese convaincant !

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Annuel du Cinéma 2001
Critiques (Public)
Voici encore un Scorsese étrangement estimé dans sa filmographie... Adapté d'un roman de Joe Connelly par un des plus brillants collaborateurs du cinéaste, Paul Schrader himself, on se dit que la mise en chantier de "Bringing out the Dead" se veut un retour en source new-yorkais depuis "The Age of Innocence", cinq plus tôt, (et depuis 1988 avec Schrader) ... Oeuvre nocturne, avec un personnage déphasé qui cherche la rédemption... Un programme qui semble être étudié pour un cinéaste qui a déjà exercé (brillamment) dans cette voie. Sauf que le présent film est curieusement "discret" lorsqu'on évoque son cinéma. Ce qui fait la beauté du film, en ce qui me concerne, c'est la force incroyable de la mise en scène. Scorsese, en suivant le parcours d'un ambulancier insomniaque "christique", met en place, à l'instar de "Taxi Driver", une vision géographique et sociologique subjective à son protagoniste. "Bringing out the Dead" est une oeuvre singulièrement intense, ne confondant jamais vitesse et précipitation... Elle est un curieux mélange entre une nostalgie des années 70 dans le sujet et son traitement des années 90, dont l'aboutissement formel qu'était "Casino" en est un bon représentant... C'est un film qu'on peut avoir déjà vu mais qui marque l'évolution cinématographique du cinéaste... Le parcours christique de Frank Pierce (Nicolas Cage, dans un de ses plus beaux rôles), dont le métier est évidemment une voie de salut, est renforcé par la rencontre avec Mary (forcément), jouée par une tendre Patricia Arquette... La vision de la ville, métamorphosée par les yeux cernés de notre personnage principal, se transforme en paysage spectral, dont le fantôme d'une morte, avec laquelle il se sent responsable de son état, apparaît inlassablement, accentuant la fatigue morale, plus que physique de Frank. La ville de New York se définit plus comme le Barnum d'un "After Hours", dans lequel le héros tente de soigner les maux, c'est-à-dire d'accepter tous les péchés de ses habitants. L'oeuvre contient de plus des moments d'humour culottés (les personnages secondaires sont frappés du ciboulot), qui fait de ce film, par moments, une comédie noire et cynique survoltée, complètement folle. Puis "Bringing out the Dead", au départ oeuvre de commande, devient un film personnel. Parce que les obsessions du cinéaste sont présentes, mais aussi parce qu'il aborde un élément que le cinéaste a bien connu et qu'il a réussi (semble-t-il) à combattre : la dépression. Le regard que pose Scorsese sur son personnage est compatissant, ne faisant jamais de ce dernier un guignol ridicule ou un loser pathétique. Il lui imprègne une grâce, un charisme qui lui donne une aura de martyr compréhensible et éthique, dont l'incommensurable fatigue transmet une certaine admiration... Ce film magnifique est donc porté par une énergie irrésistible, sans oublier des pauses contemplatives saisissantes. C'est un film porté par un rythme qui semble se modeler sur les appareils médicaux qui boostent la partie cardiaque d'un patient mal en point, on réfléchit puis on nous envoie une dose d'adrénaline réveillant notre attention pour qu'on ne lâche pas cette histoire électrique et belle qui demeure, malgré les éléments habituels des oeuvres de Scorsese, une oeuvre singulière, qui ne ressemble à aucune autre et qui plus est parfaitement interprétée... GTT