FATA MORGANA - 1969

Titre VF FATA MORGANA
Titre VO Fata morgana
Année de réalisation 1969
Nationalité Allemagne
Durée 1h18
Genre DOCUMENTAIRE
Notation 14
Date de sortie en France
Thème(s)
Déserts (Autres pays)
Cinéma allemand (ORIGINE)
Documentaires (Cinéma allemand) (est et ouest)
Films expérimentaux, underground et d'avant-garde
Mirages (tous pays confondus)
Cécité (Cinéma allemand) (est et ouest)
Tortues (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
HERZOG Werner
Chef(s) Opérateur(s)
SCHMIDT-REITWEIN Jörg
Musique
BLIND FAITH
Renseignements complémentaires
Scénario : Werner Herzo

Nota : pour Lotte Eisner, uniquement la voix (narration) .....
Acteurs
EISNER Lotte
Résumé

Oeuvre labyrinthique, entre indicible poésie, déstructuration du discours et de l'image et inconscient en permanente liberté, tournée dans les paysages désertiques du Sahara, de l'Ouganda et de l'Est africain, en trois chapitres concomitants, "la création", "le paradis" et "l'âge d'or" avec comme singulier fil conducteur (et non réducteur) des éléments fondamentaux de la mythologie maya qui scandent avec constance et régularité le récit. Au point de départ, l'interminable immensité des dunes de sable, sans aucune présence humaine, animale, végétale, avec rien que le ciel et le soleil comme contrepoint à l'uniformité terrestre, désertique, inviolée. Une sorte de vision totalitaire et primitive qui sera définitivement fracturée par l'apparition de l'homme et de sa misère existentielle partout visible dans ces carcasses désossées d'avions, de camions, de voitures et son incroyable ridicule, sa médiocrité congénitale, intrinsèque. Mais aussi présente dans ses prérogatives animalières (fennec, varan, tortue) et ses artificielles et piètres distractions musicales, quand l'homme s'arroge tous les faux droits et les prétendus savoirs, loin de l'immuable beauté matricielle du désert...

>>> Comme le titre du film l'indique fort judicieusement, avec un texte souvent en contradiction, voire en opposition avec l'image, une œuvre illusoire et factice, sans fond et sans fin, comme la pernicieuse nature humaine désertée par les divinités...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Saison Cinématographique 1971
- Jeune Cinéma numéros 56, 82 et 94
- Positif numéro 130
- Cinéma numéro 158
Critiques (Public)