LES NOUVEAUX MESSIEURS - 1928

Titre VF LES NOUVEAUX MESSIEURS
Titre VO
Année de réalisation 1928
Nationalité France
Durée 1h30
Genre COMEDIE
Notation 17
Date de sortie en France 05/04/1929
Thème(s)
Syndicats
Spaak (Charles)
Elections
Films Albatros, Ermolieff Cinéma, Ermolieff Films (Maison de production)
De Croisset (Francis)
De Flers (Robert)
Danse (Cinéma français)
Chauffeurs (de maître) (tous pays confondus)
Films politiques (Cinéma français)
Rêves et cauchemars (Cinéma français)
Tour Eiffel (tous pays confondus)
Bains et piscines (tous pays confondus)
Trains et gares (Cinéma français)
Réalisateur(s)
FEYDER Jacques
Chef(s) Opérateur(s)
CARNE Marcel PERINAL Georges DESFASSIAUX Maurice
Musique
Renseignements complémentaires
Scénario et adaptation : Charles Spaak
et Jacques Feyder .....
d'après la pièce de Robert de Flers
et Francis de Croisset .....
Décors : Lazare Meerson
Produit par Films Albatros

Nota : censuré pour atteinte à la dignité des parlementaires !
Acteurs
PREJEAN Albert
MORLAY Gaby
ROUSSELL Henry
FERRANT Guy
ARVEL Léon
VALBEL Henri
BARROIS Charles
DUMAS Yvonne
GASTAL Fred
HAMILTON Gustave
CANTI Andrée
DENEUBOURG Georges
DUCHANGE
GERARD Christian
NARLAY Raymond
YVONNECK
PRE Louis (fils)
NARECHKINE
BILL-BOCKETTS
PIAT Renee
Résumé
                                                                                             Honores mutant mores...

Chaque jour, fort matinalement, toute une escouade de sourires charmants et de petits rats illuminent les salles de travail de l'Opéra de Paris, un colossale monument parisien qui a vu éclore bien des ballerines et des danseurs de talent. Parmi eux, la délicieuse Susanne Verrier, petite amie et tendre protégée du respectable comte Montoire Grandpré, qui semble fort plaire à un robuste technicien de la vénérable institution, Jacques Gaillard, électricien en chef, mais aussi secrétaire du CIT, un puissant syndicat ouvrier. Beau parleur et fringant bonhomme, ce dernier l'emmène dans une houleuse réunion de grévistes et parvient au fil des heures à provoquer chez la demoiselle, une forme d'admiration et de rapprochement. Censée partir pendant trois semaines en vacances, elle décide de rester auprès de Gaillard et fait envoyer à son passionné aristocrate, avec la complicité de sa gouvernante, quelques rassurantes cartes postales de ses prétendus paisibles congés bucoliques en compagnie de sa mère. De plus en plus attirée par son quotidien compagnon qui, sous l'injonction d'un membre de son parti, s'est laissé convaincre de se présenter aux élections législatives, Susanne a bien du mal à donner de son coeur, entre le séduisant nouvel arrivant et le rassurant comte de Montoire Grandpré. C'est l'inespéré succès de Gaillard au récent scrutin et sa nouvelle nomination comme Ministre du Travail qui permettront finalement de dévoiler le vrai visage du personnage, bien plus attiré par les ors du gouvernement que par le charme et la gentillesse de l'attrayante demoiselle...

>>> Nous sommes en présence d'une succulente et révélatrice comédie de moeurs et de pouvoir, toujours d'actualité, quels que soient les époques, les gouvernements et les contrées, avec une magnifique et réjouissante Gaby Morlay d'une suave et constante présence, entre émouvante fragilité et tranquille détermination...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)