LE ROI DANSE - 2000

Titre VF LE ROI DANSE
Titre VO
Année de réalisation 2000
Nationalité Belgique / France / Allemagne
Durée 1h48
Genre EVOCATION
Notation
Date de sortie en France 06/12/2000
Thème(s)
Aristocratie, noblesse et royauté (Autres pays)
Cinéma belge (ORIGINE)
Musique : compositeurs célèbres
Molière (Jean-Baptiste Poquelin)
Decoin (Didier)
Réalisateur(s)
CORBIAU Gérard
Chef(s) Opérateur(s)
SIMON Gérard
Musique
LULLY Jean-Baptiste
Renseignements complémentaires
Scénario : Gérard et Andrée Corbiau,
Eve de Castro et Didier Decoin .....
d'après le roman de Philippe Beaussant :
"Lulli ou le musicien du soleil" .....
Distribution : UFD

Visa d'exploitation : 96 107
Acteurs
MAGIMEL Benoît
KARYO Tcheky
TERRAL Boris
EMMANUELLE Colette
BOIS Cécile
KEIM Claire
LEYSEN Johan
STEPHANE Idwig
TARDING Emil
FRANCOIS Jacques
VEYT Caroline
MAILLE Veronique
ROUIF Ingrid
ALEXANDRE Michel
BRIZARD Philippe
ELOY Alain
FEUILLARD Serge
GABRIEL Valerie
LONDICHE Pierre
PIQUEMAL Jean-Marc
PION Guy
QUERCY Philippe
GERALD Pierre
KOENER Claude
LERUTH Thomas
MORARD René
DEVILDER Pierre
GRASS Vincent
PELZER Stephane
MATTHIEU Odile
HEMON Eric
BRYLAND Jacques
ROGEN Claude
VERDIER Jocelyne
SCARITO Vincent
POSSOT Francois
SBILLE Jean-Louis
THOMAS Florence
KUMPS Marie-Paule
PERVEUX Maud
AMBERT Henry
BOUCARON Gérard
PIATON Segolene
SCHEINDER Marcel
OROFINO Jean-Luc
VERVOORT Louis
VAN DEN ELSEN Sylvie
LUTTE Michel
DECHANTRE Carole
MAYHACK Aljoche
WOKURKA Nikita
NAWRATH Louis
CERABOLO Tiberio
LIPNIK Daniel
HOLLAND Dylan ernst
AUSCHNIR Kurt
PASSOTH Christiane
KARMER Erich
SCHLESINGER Marcel
KOHL Helmut
MARTZ Holger
STIJIRT Hans
BOGE Chris
ANDY Male
HELCKENBACH Jurgen
SEVRIENS Denis
SCHNEIDER Bernd
BECKMANN Andreas
AVOGE Stephan
CASAGRANDE Jasmine
GUGOLL Stefan
FRIEDRICH Veronika
KLEINER Michael
SCHUBERT Petra
RADESES Mario
PETITGIRARD Tristan
JACQUOT Tony (2)
BOIMARE Charlotte
Résumé
Nous sommes au 17e siècle, à la cour du jeune roi Louis XIV, âgé de quatorze ans que bien du monde aimerait ne pas voir régner. De nature fort complexe, il va peu à peu affermir son pouvoir et sa personnalité, grâce à la présence du compositeur Jean-Baptiste Lulli qu'il nomma surintendant de la musique et du divin Molière .....
Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
"Donnez la plus belle musique du monde au roi Jupiter." Jean-Baptiste Lully, usurpateur sodomite, et Molière, libertin incestueux, meuvent sur commande, par la musique et le théâtre, les années du jeune Louis, avide d’une lumière étincelante, antichambre d’un pouvoir avidement désiré. Avant de régner, cet enfant devenu roi, habillé de tous ses feux, s’impose par la danse, à l’aide d’une machinerie efficace, disposant devant une cour effarée, un système solaire constitué de familles naguère en luttes apaisées par l’adoration. Une mesure férocement tapée par un compositeur aux ordres, transporte merveilleusement un monarque en puissance de la domination matriarcale, vers la solitude des hautes sphères décisionnelles, dans une magnifique illumination à faire pâlir les étoiles. La face du théâtre change, les plaisirs abondent loin d’un peuple affamé. La cour complote tout en se soumettant et se divertissant de plaisirs interdits. Les pièces loufoques de Molière déclenchent des rires aussi incompréhensibles que leurs sujets. Quelques illuminés poissons pilotes d’un jeune roi en ascension profitent de l’aubaine pour s’auto-glorifier d’un talent égocentrique, validé par l’astre des astres. Une chute malencontreuse démontre que personne n’est Dieu sur cette terre, dont les seuls repères en ces lieux sont la durée, par l’adoration et la protection d’un jeune roi, focalisé par les arts. "Le roi danse", remarquable farce sur un arrivisme saupoudré d’une servilité démoniaque, habille ses protagonistes de beaux habits masquant l’interne d’esprits tourmentés par une inspiration nécessaire, qu’il faut fournir à temps complet, si l’on ne veut pas être happé par le déclin et la disgrâce. Ici la faiblesse ne pardonne pas. De tous les instantanés d’une époque impitoyable, décimée par la tuberculose et la gangrène, se détache la merveilleuse musique de Jean-Baptiste Lully. Un nectar de premier ordre au dessus d’un nid de guêpes. A signaler la scène extrêmement réaliste de la mort de Molière. Un corps intérieur brisé, crache le sang d’une époque où l’esprit, malgré ses facultés incommensurables, quitte le monde dans d’atroces souffrances. Un très bon film français, sur les premières flammes d'un parcours royal méconnu, conditionnant la virulence intellectuelle de ses subordonnés, tout en restant à distance. "Les planètes ne se trouvent pas près du soleil, elles le laisse rayonner". JIPI