UN BRAVE GARCON - 1943

Titre VF UN BRAVE GARCON
Titre VO Slavnyj malyj
Autres titres VF LES HOMMES DE NOVGOROD
Autres titres VF CEUX DE NOVGOROD
Autres titre VO Novgorodcy
Année de réalisation 1943
Nationalité Union Soviétique
Durée 1h05
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 15
Date de sortie en France
Thème(s)
Deuxième Guerre Mondiale (Cinéma des pays de l'Est)
Borgnes (tous pays confondus)
Censure (Cinéma soviétique et russe)
Cinéma soviétique (1900-1990) (ORIGINE)
Parachutisme
Réalisateur(s)
BARNET Boris
Chef(s) Opérateur(s)
IVANOV Serguei
Musique
BOGOSLOVSKY Nikita KRIUKOV Nikolai TCHAIKOVSKI Piotr Ilyich BORODIN Aleksandr
Renseignements complémentaires
Scénario : Aleksei Kapler
et Pyotr Pavlenko .....

Nota :

- Film soviétique qui eut des problèmes avec la censure .....

Acteurs
YAKUNINA O.
GRIGOREV Evgeniy
SIPAVINA Yelena
DOBROVOLSKI Viktor
BOGOLIOUBOV Nikolai
TKACHEV L.
STEPANOV N.
Résumé

Dans les immenses forêts touffues et profondes de la région de Novgorod, la résistance soviétique s'organise au sein des nombreux groupes de partisans disséminés dans la région. Parmi eux, le dénommé Vassia, toujours en uniforme, qui vient de déclarer sa flamme à la séduisante Katerina. Un parachutiste français, Claude Carniaux, rejoint bientôt la petite équipe de résistants dont la mission est de repérer un aérodrome secret des forces allemandes fort bien dissimulé dans les épaisses frondaisons. Un chanteur d'opéra se range à leurs côtés après avoir prouvé auparavant la véracité de son métier en entonnant moult airs connus. Son rôle, recueillir des renseignements sur la présence ennemie auprès de la population locale des petits villages environnants, dans la région de Persthova. Après moult vicissitudes, la piste d'atterrissage, habilement dissimulée à l'aide de "faux" arbres amovibles, est enfin localisée et ses coordonnées précises seront fournies aux bombardiers russes qui sauront détruire avec efficacité et promptitude le dangereux et stratégique emplacement...

>>> Une oeuvre longtemps invisible qui est réapparue pour la première fois en 1992 au Musée du Cinéma de Moscou et pour laquelle on comprend aisément la défaveur des instances politiques de l'époque, avec ce parti pris du réalisateur de ne pas encenser le résistant russe, avec tous les canons idéologiques afférents, au détriment d'une histoire à dimension fortement humaine, non dénuée d'humour et de légèreté...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)