BLUE CORNER - 2002

Titre VF BLUE CORNER
Titre VO Haaveiden keha
Année de réalisation 2002
Nationalité Finlande
Durée 1h30
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 8
Date de sortie en France
Thème(s)
Cinéma finlandais (ORIGINE)
Boxe (Autres pays)
Relations entre père et fils (Autres pays)
Réalisateur(s)
IJÄS Matti
Chef(s) Opérateur(s)
SOHLBERG Kari
Musique
OJANEN Eero
Renseignements complémentaires
Scénario : Matti Ijäs
et Heikki Reivila .....
Acteurs
PELTOLA Sulevi
ELSTELA Riitta
HALONEN Pentti
JARVENHELMI Maria
JARVINEN Jaana
KORPELA Tommi
LAMPI Jussi
LITJA Antti
MAKELA Taneli
MAURANEN Rea
NENONEN Meri
SIPILÄ Annaleena
SUMMANEN Petteri
Résumé

PK, vieux bonhomme secret et bougon, possède un bar et ne vit plus que pour la boxe, sport que pratique son plus jeune fils, un gamin fort gourmand, âgé d'une douzaine d'années, mais aussi l'aîné qui doit faire un combat en Amsterdam, négligeant de beaucoup son entraînement, trop préoccupé par la gent féminine et les coups foireux...

>>> Une histoire bancale et vacillante, comme un boxeur knock-out debout, qui n'arrive jamais à "solidifier" les personnages dans une quelconque véracité affective et comportementale, même si le jeu des acteurs reste fort convenable...

Bibliographie
Critiques (Public)

PK est entraîneur dans un club de boxe. Ses deux fils partagent sa passion. L'aîné, Jampaa, a mal tourné et a trempé dans des combats truqués. Il ne boxe plus mais vit de larcins et de vols de voitures pour payer ses dettes. Son père et lui sont fâchés. Le cadet doit avoir dans les dix ans et vit avec son père. Ce dernier est dur avec son jeune fils, il surveille son alimentation, son style de vie. La discipline qu'impose la réussite sportive le poursuit jusqu'à la maison, et le jeune boxeur gourmand fait ce qu'il peut pour détourner cette austérité. PK est triste et solitaire, bien que vivant avec son fils. Il porte le poids d'un passé chargé de honte et de culpabilité : alors que sa femme donnait naissance à leur second fils, il était ailleurs, avec une autre femme et la mère de l'enfant est morte en couches. Ce secret, dont il veut préserver son fils, détermine sa relation avec lui : un mélange de sévérité et d'attention. Bien que l'enfant regarde son père avec tendresse, ses regards interrogateurs montrent bien que tout de même son père reste un mystère à ses yeux. Le fils aîné, quant à lui, a clairement opté pour la révolte. On ne sait pas si c'est le drame survenu à la naissance de son frère qui détermine son attitude. On peut le supposer. La femme avec laquelle se trouvait PK une dizaine d'années auparavant vient de perdre son mari. Elle semble vivre cela comme une libération, en tout cas elle insinue que dorénavant plus rien ne se dresse entre PK et elle. PK résiste sans doute par égards pour son fils, puis, comme il l'aime toujours, il se laisse convaincre peu à peu. Il est vraiment libéré de tout scrupule quand son fils lui signifie qu'il connaît le secret, dans un sourire de tendresse.

On me pardonnera de passer un peu trop vite sur tout le reste, mais c'est vraiment ce qui précède qui est au cœur du film, qui en constitue le sens. Les à-côtés m'ont beaucoup moins intéressé en regard. Le fils aîné qui est le contre-exemple de son frère dans son rapport avec son père est entraîné dans de sordides combines. Il est pieds et poings liés par une dette contractée pour des matches truqués. C'est son père qui paiera. Son créancier est aussi décrit dans le film : sa relation conjugale est triste, les escroqueries qu'il imagine sont peu ambitieuses. Il n'est même pas antipathique. Sur les quelques films de Matti Ijäs que j'ai pu voir, je considère celui-ci comme son meilleur. Les personnages qu'il dépeint sont tous dotés de qualités et de défauts. Il n'y a ni ordure intégrale, ni bon samaritain angélique, il n'y a que des êtres humains. On peut voir ce film sous un autre angle : celui qui m'a frappé donc est la relation de PK avec son jeune fils. Les acteurs n'y sont sans doute pas pour rien : PK (Sulevi Peltola) et le jeune acteur se démontrent leur affection par des sourires à peine esquissés, on en oublierait que c'est joué. Si j'ai été moins sensible aux autres aspects du film, dans l'ensemble, celui-ci est revigorant dans le sens où il diffuse un calme optimisme en l'avenir, une fois le passé digéré.Hervé Naveau

Matti Kaleva Ijäs est né en 1950. Adolescent, il collabore activement à un ciné-club à Hyvinge. Il effectue ensuite des études de communication à l'Université de Tampere. Il travaille ensuite pour la télévision, d'abord en indépendant puis de manière régulière.

Filmographie

Réalisateur :

1980 - Muni maailmani, muni, tv
1981 - Näyteikkuna, tv
1982 - Minä, siili ja trumpetti, tv
1983 - Koomikko (Le comique)
1984 - Viimeinen keikka, tv
1985 - Painija (Le lutteur), tv
1986 - Kastematojen aika, tv
1987 - Siriuksen vieraat, tv
1988 - Katsastus (La valse du mariage), tv
1989 - Kolme yötä (Trois nuits), tv
1990 - Räpsy ja Dolly (Rapsy et Dolly)
1992 - Pilkkuja ja pikkuhousuja (Points virgules et petites culottes)
1993 - Jonakin päivänä
1994 - Pieniä valheita (Petits mensonges), tv
1994 - Johanneksen leipäpuu, tv
1996 - Syrjähyppyjä, tv
1997 - Lahja, tv
1998 - Pala valkoista marmoria (Marbre blanc), tv
1999 - Sokkotanssi (Entre deux mondes)
2001 - Aita, tv
2002 - Haaveiden kehä (Blue corner)
2003 - Tuulikaappimaa, tv

Scénariste :

1980 - Lompakko, réal. Pentti Kotkaniemi, tv
1980 - Tullivapaa avioliito (Mariage en franchise), réal. János Zsombolyai
1982 - Ajolähtö (Course forcée), réal. Mikka Niskanen (+ ass. réalisateur & acteur)
1982 - Toto (Toto), réal. Suvi-Marja Korvenheimo (alias Anssi Mänttäri) - Matti Ijäs figure au générique sous le pseudonyme de Tuovi Mäkipää-Hakola

Acteur :

1986 - V. Y. Vihdoinkin yhdessä (Enfin ensemble), réal. Kari Kyrönseppä

Blue corner ; Titre original : Haaveiden kehä ; Production : Dada-Filmi Oy. Réalisation : Matti Ijäs ; Scénario : Matti ljäs & Heikki Reivilä ; Photographie : Kari Sohlberg ; Musique : Eero Ojanen ; Montage : Kauko Lindfors ; Décor : Pertti Hilkamo & Ulla-Maija Väisänen ; Producteur : Kari Sara ; Son : Jari Innanen & Heikki Innanen ; Costumes : Elina Kolehmainen ; Maquillage : Nadja Pyykkö. Interprétation : Sulevi Peltola (PK), Rea Mauranen (la veuve), Petteri Summanen (Jamppa, le fils aîné de PK), Mikko Alanko (Kusti, le fils cadet de PK), Antti Litja (Teppo Hanhijoki), Maria Järvenhelmi (Lisbeth), Jaana Järvinen, Anna-Leena Sipilä, Jussi Lampi, Taneli Mäkelä, Riitta Elstelä, Pentti Halonen, Tommi Korpela, Meri Nenonen. Durée : 91 mn ; Sortie en Finlande : 11 octobre 2002 (ce film a été projeté à l'Institut Finlandais de Paris).

TEXTE ET CRITIQUE (3°) REDIGES PAR Denis BALLU