LA NUIT DES ALLIGATORS - 1967

Titre VF LA NUIT DES ALLIGATORS
Titre VO The penthouse
Année de réalisation 1967
Nationalité Grande-Bretagne
Durée 1h50
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France 06/09/1967
Thème(s)
Huis clos (tous pays confondus)
Folies, démences et autres dérangements de l'esprit (Cinéma britannique)
Cinéma britannique (ORIGINE)
Réalisateur(s)
COLLINSON Peter
Chef(s) Opérateur(s)
LAVIS Arthur
Musique
HAWKSWORTH John
Renseignements complémentaires
Scénario : Peter Collinson
d'apres la pièce : "The meter man"
de Scott Forbes .....
Distribution : Rank

Nota :

- Sous-titre VF : "Une qualité du mal" .....

Visa d'exploitation : 33 164
Acteurs
KENDALL Suzy
MORGAN Terence
BECKLEY Tony
RODWAY Norman
BESWICK Martine
Résumé

Bruce Victor, agent immobilier, retrouve sa maîtresse, Barbara Willason, dans un appartement situé au dernier étage d'un immeuble vide, durant l'absence de son propriétaire. Ils sont dérangés par un employé au gaz qui vient relever le compteur. Ce dernier, sous un prétexte fallacieux, introduit son associé Bruce et la porte est insidieusement refermée à clé. Nos deux bonshommes, profondément perturbés, commencent par attacher l'amant sur un fauteuil et "invitent" la femme à boire un verre.

>>> Un étonnant film-malaise dans la mouvance trouble de "Funny games"
...

Bibliographie
Critiques (Public)
16/20 : Penthouse, appartement terrasse ou dernier étage en 1967... A grands renforts de contre-plongées, on monte patiemment les escaliers tout en assistant au réveil de deux rescapés du matin qui ouvrent quand ça sonne, les idiots... Faux releveurs de compteurs, ils prévoient de prendre du bon temps... Il y a quelques flottements, on négocie, les victimes, à l'arrivée de la plus sorcière du lot ouvrent à nouveau, les imprudents... Si la dame coopère dans sa montée alcoolisée le monsieur en a pourtant sa claque... On échappe au malsain de "Performance" sorti quelques années plus tard, suivi du célèbre "Orange Mécanique" et ses cruautés. C'est davantage une perversité de psychopathe dans la moyenne, qui rappellerait "Le Limier" de Mankiewicz. La sorcière sexy de la dernière partie avec ses dents d'ogresse et ses jambes à mini-jupe soulignent la libération sexuelle débridée par la toute nouvelle contraception. Tentation de petit-bourgeois oisif ou charge contre le puritanisme de la bonne société british des sixties, cette torture de l'intime fait un peu "has been" en 2012 bien qu'elle reste visuellement pertinente. Le titre suggèrerait une mode passagère de ce temps-là, des alligators bébés en appartement dont il fallait se défaire ensuite, autant de monstres carnassiers adultes qui hantaient durablement les canalisations, brrr !... L.Ventriloque