21 GRAMMES - 2003

Titre VF 21 GRAMMES
Titre VO 21 grams
Année de réalisation 2003
Nationalité Etats-Unis
Durée 2h04
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France 21/01/2004
Thème(s)
Motels (Cinéma américain)
Greffes / Trafics d'organes
Milieu médical (Cinéma américain)
Drogue -consommation- (Cinéma américain)
Bains et piscines (tous pays confondus)
Cochons d'Inde et autres hamsters (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
GONZALEZ INARRITU Alejandro
Chef(s) Opérateur(s)
PRIETO Rodrigo
Musique
SANTAOLALLA Gustavo
Renseignements complémentaires
Scénario : Guillermo Arriaga
Distribution : ARP Selection

Visa d'exploitation : 109 650
Acteurs
PENN Sean
WATTS Naomi
GAINSBOURG Charlotte
DEL TORO Benicio
LEO Melissa
DU VALL Clea
HUSTON Danny
NAHON Carly
PAKIS Claire
NICHOLS Nick
RUBINSTEIN John
MARSAN Eddie
CHAPMAN Kevin
HARRIS Antef a.
SALTER Lloyd Keith
MUSSO Marc
DELGADO Teresa
DRAPER Terry dee
GUYTON Tony
CHATTAM David
BEECH Wayne e. jr.
WEST John Boyd
JOHNSON Keith Lamont
SCHMIDT Jeff
VAUGHN Tony
CALDERON Paul
O'HARE Denis
HERIN Anastasia
ALBAN Carlo
HAI Quang tran
TRAN Hai quang
CORLEY Annie
BISHOP Sharon
CHIPMAN Jerry
IRWIN Tom (2)
MEDINA Roberto
TRAHAN Arita
INGLE Rodney
DENT Catherine
HARTZOG Randall
DAVENPORT Verda
ARMSTRONG-MILES Dor.
ROBERTS Barclay
SANCHEZ Lisa
BRIDGEWATER Stephen
FINNELL Michael W.
CORRIGAN Juan
BROWN Charlie B.
SHIVER Arron
BLAIR Pam
TEMPLE Lew
PFALZGRAFF Jennifer
BRANCH Tricia
FINNELL Michael W.
ROMERO Chance
SCOTT Jessica
Résumé

Mathématicien moribond, Paul Rivers doit sa survie à une inattendue greffe du coeur conséquente au décès accidentel de Michael Peck, écrasé avec ses deux enfants, par une camionnette conduite par le dénommé Jack Jordan, un ancien délinquant multi-récidiviste qui s'est assagi depuis sa redécouverte de la foi chrétienne. Après le succès total de l'opération chirurgicale, Paul qui s'éloigne de plus en plus de son épouse Mary désirant absolument un enfant, tente de retrouver le nom et les coordonnées de l'anonyme donneur cardiaque. Il finit par rencontrer la veuve éplorée de ce dernier...

>>> De la belle ouvrage, efficace et solide !

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Annuel du Cinéma 2005
Critiques (Public)
15/20 : C'est un film à s'arracher les cheveux. Valeureux quant à ses obsessions. Ereintant de par sa facture toute en cadrages savants et surtout innombrables en première partie, où le vrac des situations jeté à l'écran peut agacer les tempéraments peu enclins au zapping télé... Fort heureusement, on peut recoller les morceaux du puzzle au fur et à mesure du déroulement. Très hollywoodien avec son côté appuyé "bons et méchants" dont seule la ferveur religieuse peut adoucir le sort. Les hyperactifs s'y retrouveront, leur hantise étant bien d'être coupés dans leur élan ! Terroriste dans le tire-larmes car on a les yeux braqués de force vers les drames les plus terrifiants de la vie courante, caméra scotchée longuement sur les charmes de l'enfance pour mieux se vautrer ensuite dans le pathos, qu'on s'imprègne bien du côté vain des rachats, de la vacherie des parcours humains, de la relativité des petits bonheurs familiaux... Du spectaculaire asséné dans l'éparpillement qu'on retrouvera au zénith dans "Babel"... Travail considérable, n'empêche... On devine un scénario très foisonnant, qui fait languir les spectateurs en étouffant l'imagination... Il faut aimer les sensations fortes. Acteurs du box-office à la hauteur de l'enjeu. Cette rage de persécuté vise le public télé dont addiction, bons sentiments et peur sont la nourriture (attention, j'entends bien que des malheurs extrêmes puissent s'abattre sur la plus paisible des trajectoires). Je déplore cette nouvelle école cinématographique, cette forme qu'Inarritu multiplie, prendre en otage les regardants (il n'est pas le seul)... En deuxième partie, les dialogues, la musique atténuent un brin la surenchère d'effets. La sobriété des films de l'est beaucoup plus avare de grandiloquence et on avait un chef-d'oeuvre ! L.Ventriloque

"21 Grammes" est un film décousu. Une suite d'images désespérantes et cassées. Ceci n’empêche pas de s'adapter à sa déstructure, en focalisant son attention sur ces visages aux traits tirés, à la dérive ou en rédemption, intégrés dans des environnements crasseux et délavés, habitats de leurs interrogations et de leurs déprimes. Alejandro Gonzalez Inarritu filme une brochette d'écorchés vifs, usés, les yeux cernés par l'autodestruction. Manipulés par leurs illuminations internes, certains balourds et hirsutes, à des années lumières de la savonnette, se réfugient dans la foi, faisant d'un absent auréolé par la thèse, la sauvegarde d'un monde ingérable par ses diversités. Jésus et la drogue ne semble ici qu'une échappatoire thématique, afin de se donner une constance, dans un monde refusé par des marginaux, récupérés par le discours religieux, la ligne ou la tristesse à temps complet. Les sites et les situations déplorables rencontrées ont la particularité de désintégrer des faciès anéantis de leurs vivants par trop d'épreuves. Chaque protagoniste, en relation avec son abattement ou sa fureur, épure son décor de toute luminosité. "21 grammes" est un puzzle pathétique, dans une symphonie désespérée, exécutée par des visages bruts, exclus de l'abondance, trouvant dans la haine et le désespoir la force d'exister. JIPI