OLD BOY - 2003

Titre VF OLD BOY
Titre VO Oldboy
Année de réalisation 2003
Nationalité Corée du Sud
Durée 2h00
Genre DRAME
Notation 18
Date de sortie en France 29/09/2004
Thème(s)
Journal intime (tous pays confondus)
Cinéma coréen (du sud) (ORIGINE)
Inceste (Autres pays)
Personnages de bande dessinée (Autres pays)
Tortures
Suicide (Cinéma coréen du Sud)
Hypnose
Mutité (Cinéma coréen du Sud)
Masturbation (tous pays confondus)
Pieuvres (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
PARK Chan-Wook
Chef(s) Opérateur(s)
JEONG Jeong-Hun
Musique
VIVALDI Antonio JO Yeong-Wook
Renseignements complémentaires
Scénario : Jo-Yun Hwang,
Chun-Hyeong Lim, Chan-Wook Park
et Joon-Hyung Lim .....
d'après un manga de Garon Tsuchiya
Distribution : Bac Films

Visa d'exploitation : 111 221

Nota : Grand Prix du Jury, Cannes 2004 .....
Acteurs
CHOI Min-Sik
YU Ji-Tae
KANG HYE-JEONG Kang Hye-Jeong
JI Dae-Han
OH Dal-Su
KIM Byeong-Ok
LEE Seung-Shin
YUN Jin-Seo
LEE Dae-Yeon
OH Kwang-Rok
OH Tae-Kyung
AHN Yeon-Suk
OO Il-Han
KIM Su-Hyeon
LEE Seung-Jin
YUN Su-Kyeong
PARK Myeong-Shin
CHI Dae-Han
YONG Yi
Résumé

Tout jeune papa, le dénommé Dae-Soo Oh se retouve, après une conséquente cuite, mystérieusement kidnappé et enfermé dans une inquiétante chambre close, durant quinze longues années qu'il passera à se mettre en conditions physiques et psychiques pour s'échapper et se venger. Lorsque sans aucune explication, il se retrouve libre, avec comme seul repère un téléphone portable et qu'une voix inconnue le fait rencontrer une délicieuse jeune fille Mino qui deviendra rapidement sa maîtresse, les pièces d'un sombre et lointain puzzle se mettent lentement en place, dévoilant une sombre et perfide machination remontant à l'adolescence et passant par de troublants rapports incestueux et un dramatique suicide...

>>> Oeuvre éminente tant par l'âpre violence de son propos et du traitement extrême de ce dernier, que par l'étonnante prestation de l'acteur principal, Min-Sik Choi qu'on avait déjà adoré dans "FAILAN" crevant l'écran et la sensibilité du spectateur, durablement...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Annuel du Cinéma 2005
Critiques (Public)
Suite au conseil d'un ami, je me décidais récemment à visionner le DVD "Old boy" qui trônait au dessus d'une pile de films depuis quelques mois déjà. Ce thriller sud-coréen est sorti en 2004 et est signé Park Chan-wook. "Oh Dae-Soo", le héros malgré lui, est magistralement interprété par Choi Min-Sik. Séquestré à priori sans aucune raison, puis relâché quinze ans plus tard toujours sans la moindre explication, il va tenter de retrouver les éléments manquants lui permettant de trouver les raisons de sa mise à l'écart du monde, avec comme but la vengeance. Dans sa quête, c'est toute sa vie et son passé qui vont lui être renvoyé en pleine face. Le spectateur suit en direct l'évolution du personnage à la recherche de vérité et d'identité. Et la vérité... on la découvre au bout des deux heures de ce film à suspens et rebondissement, et croyez-moi, cette vérité là ne se trouve pas "au bout du couloir" ! La performance d'acteur de Choi Min-Sik est exceptionnelle dans la mesure où il va faire passer son personnage de l'état d'abruti moyen un peu "beauf" en début de film à un être mystérieux, determiné et cynique à sa sortie de "prison". Qui ne changerait pas après une mise "hors-circulation" de quinze années ? Avant sa libération, "Oh Dae-Soo" flirtera avec le suicide, l'espoir, le renoncement... et la folie ! Le comédien est crédible dans chacun de ces registres. Sous certains aspects, Choi Min-Sik me fait beaucoup pensé à l'acteur Charles Bronson dans ce film. Il en a le physique et l'attitude. Une certaine violence dans le regard qui ne demande qu'à exploser, une bombe à retardement... Comme de nombreux personnages incarnés par Charles Bronson, "Oh Dae-Soo" est imprévisible... capable de passer du meilleur au pire en un éclair. Le réalisateur utilise dans "Old boy" le suspens à outrance... mais jongle aussi avec une certaine violence psychologique et visuelle jamais gratuite. Il a su éviter le piège du "trop gore". Tout le film baigne dans un certain climat d'insécurité et lorsque le spectateur croit tenir une piste... la scène suivante remet tout en question. Le réalisateur joue avec les nerfs des spectateurs comme avec ceux de son héros. Angoissant, captivant... stressant (au sens non-péjoratif du terme)... tel est "Old boy" ! Pour l'anecdote, "Old boy" a obtenu le Grand Prix au festival de Cannes 2004. Je ne considère pas forcément un prix pour une référence objective... mais c'est vraiment pour... l'anecdote ! 
Pierre Troestler

L'esthétisme lynchien de ce film vous hypnotise pour mieux vous donner un coup de poignard sadique et scabreux dans le dos. Autrement dit, une belle saloperie.