LITTLE CHILDREN - 2006

Titre VF LITTLE CHILDREN
Titre VO Little children
Année de réalisation 2006
Nationalité Etats-Unis
Durée 2h20
Genre DRAME
Notation 16
Date de sortie en France 24/01/2007
Thème(s)
Travestis(sement) (Cinéma américain)
Petites annonces
Pédophilie
Relations entre mère et fils
Exhibitionnisme (tous pays confondus)
Bains et piscines (tous pays confondus)
Fétichisme
Football américain
Internet (tous pays confondus)
Castration / Emasculation
Patins, planches à roulettes et autres skate-boards .....
Handicapés moteurs (Cinéma américain)
Masturbation (tous pays confondus)
Féminisme (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
FIELD Todd
Chef(s) Opérateur(s)
CALVACHE Antonio
Musique
NEWMAN Thomas
Renseignements complémentaires
Scénario : Todd Field
et Tom Perrotta .....
d'après le roman de ce dernier
Distribution : Metropolitan FilmExport

Visa d'exploitation : 116 656
Acteurs
WINSLET Kate
WILSON Patrick (2)
CONNELLY Jennifer
EDELMAN Gregg
GOLDSTEIN Sadie
SIMPKINS Ty
EMMERICH Noah
EARLE HALEY Jackie
CAREY Helen
WOLF Catherine
MAC CANN Mary B.
ALVARADO Trini
DIETLEIN Marsha
ADAMS Jane
BARRY Raymond J.
BUXTON Sarah
HAKIM Celestial
REID Hunter
BROWN Chadwick
SOMERVILLE Phyllis
MAC GLASTON Phil
KIRKPATRICK Bruce
MUCCI Adam
KELLY Chance
SCHULL Rebecca
FIELD Crystal
PASHALINSKI Lola
COLE David (3)
BERG Erica
TROMBETTA Leo
SIETZ Adam
PERROTTA Tom
CARP Stan
BERRIOS Sandra
BROGGER Ivar
TURLEY Myra
ROWDEN David
MOTT Paul
GOGGIN Mary
ANDREAS Casper
GUEST Joe
VITALI Leon
CORRAL Conrad
GEER Darrell
PIERCE Mark
RAINVILLE Jennifer
RAMSAY Gary Anthony
JOHN Begley
Résumé

C'est en sortant quotidiennement sa petite Lucy dans un parc public où se (re)trouvent d'autres mères de famille, que Sarah Pierce croise le séduisant Brad Adamson qui s'occupe de son garçon Aaron, alors que son épouse Kathy travaille opiniâtrement à la télévision. Rencontre qui en appelle d'autres, longtemps chastes, de préférence à la piscine municipale, no man's land communautaire où les désirs émergents ont encore le temps de se noyer dans une globale promiscuité. Une indiscrétion de Brad lui fait découvrir les attirances de Sarah et une liaison torride se met en place, alors même que la vie sexuelle des deux amants, avec leur partenaire officiel, semble s'estomper dans un lointain passé révolu. Mais il faut que les apparences restent solides et les faux-semblants résistants pour maintenir le vernis de classe, l'harmonie apaisante des gens civilisés. Il est en effet plus facile et plus aisé de stigmatiser le pervers du quartier, pauvre exhibitionniste pédophile, que de pourfendre le "John Wayne" de la police qui dégomme courageusement les gamins armés d'un pistolet factice...

>>> Hormis les cinq dernières minutes ratées qui remettent benoîtement les pendules à l'heure et les amants dans leur foyer, l'oeuvre de Todd Field, véritable introspection entomologique, "petits insectes, petits enfants" sur l'atonie et la duplicité d'un certain milieu social, assène une vision clinique, froide, désossée, de nos tristes et chaotiques inerties où seules comptent finalement les facades et les apparences. Todd Field, Todd Solondz, Todd Haynes, même rengaine grinçante et décapante, même somptueuse dénonciation d'une sourde hypocrisie. Sexe, mensonges et solitude...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Zeuxis numéro 29
- Filmbulletin numéro 4 (2007)
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Télérama numéro 2976
- L'Annuel du Cinéma 2008
- Film Dienst numéro 9 (2007)
- Positif numéros 549, 551, 552
- Ciné-Feuilles numéro 547
Critiques (Public)
17/20 : L'intérêt réside bien dans ce que Todd Field met en scène autour d'une peur dans notre société. Tous les points de vue sont approchés. On a le temps d'avoir un peu peur de la suite, mais jamais trop, l'humour vient à la rescousse quand ce n'est pas la bande-sonore explicite (le réalisateur est scénariste et également compositeur, ça se sent). Si on trempe dans l'actualité sécuritaire dont justement on préfèrerait s'éloigner, l'avantage est d'ouvrir sur de l'inattendu, exemple la prétendue beauté féminine qui "ne donne que ce qu'elle a" mais à grand renfort de vigilance, les sommets qu'atteignent les fantasmes du citoyen lambda... Sans oublier ces adorables petits vécus par moments comme des sales gosses ! Dérangeants détails que l'on camoufle avec soin d'habitude, les adultes s'évertuant à afficher une patience sans bornes malgré certains délires secrets. Très prenant malgré un démarrage un peu abrupt. Splendide interprétation, le contraste entre Kate Winslet et Patrick Wilson, l'acharnement du flic pas clean, tout le monde à un tournant capital de sa vie. Et c'est traité, rien ne reste en plan... Des tiraillements permanents pour les spectateurs : j'ai beaucoup compté sur la voix-off, très judicieusement plaquée, assurant l'équilibre de cette étude de moeurs à la morale archi-sauve, il fallait s'y attendre. L.Ventriloque