QUAND L'EMBRYON PART BRACONNER - 1966

Titre VF QUAND L'EMBRYON PART BRACONNER
Titre VO Taiji ga mitsuryosuru
Année de réalisation 1966
Nationalité Japon
Durée 1h12
Genre DRAME
Notation 12
Date de sortie en France 03/10/2007
Thème(s)
Tortures
Cinéma japonais (ORIGINE)
Accouchements
Huis clos (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
WAKAMATSU Kôji
Chef(s) Opérateur(s)
ITO Hideo
Musique
OTANI Yoshiaki
Renseignements complémentaires
Scénario : Masao Adachi
et Koji Wakamatsu .....
Distribution : Zootrope Films

Visa d'exploitation : 118 928
Acteurs
SHIMA Miharu
YAMAYA Hatsuo
Résumé

Une voiture stationnée la nuit, sous une pluie battante, avec à l'abri dans son habitacle, un couple qui flirte. L'homme, un certain Sadao Marukido, est directeur d'un grand magasin et sa compagne d'un soir, prénommée Yuka, une de ses nombreuses employées qu'il finira par emmener dans son appartement proche. Après l'avoir discrètement droguée avec un somnifère, puis solidement attachée, il commence à la battre violemment avec un cinglant fouet, pétri d'un acharnement démesuré et maladif. On apprend bientôt que la jeune femme ressemble étrangement à son ancienne compagne qui s'était enfuie l'année précédente, enceinte par procréation artificielle, une situation physiologique que notre personnage a toujours abhorrée, jusqu'à renier sa propre naissance. Pour lui, avoir perdu la sécurité matricielle de l'utérus maternelle, est une incommensurable souffrance, une mortelle douleur existentielle dont toute femme engendre potentiellement l'émergence et l'intangible réalité en mettant au monde un enfant. Malgré une situation hautement pernicieuse et dramatique, Yuka va tenter par tous les moyens de s'échapper de ce pitoyable enfer sadique...

>>> Datant des lointaines années 1960, cette œuvre polémiste et outrancière, véhiculant des propos perturbants et perturbés, aurait pu s'éviter son chapelet d'outrances sadiques sans pour autant perdre la pertinence de son discours antinataliste et son constat négatif sur toute naissance comme une intrinsèque violence, une brutalité naturelle inutile. Une considération extrémiste dans la pure et dure lignée du cinéaste...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Annuel du Cinéma 2008
- Positif numéro 94
Critiques (Public)