LE MARI - 1957

Titre VF LE MARI
Titre VO Il marito
Autres titre VO El marido
Année de réalisation 1957
Nationalité Italie / Espagne
Durée 1h30
Genre COMEDIE
Notation 12
Date de sortie en France
Thème(s)
Films tournés en plusieurs versions (tous pays confondus)
Mariage (Cinéma italien)
Football
Alcoolisme et autres beuveries (Cinéma italien)
Architectes (Autres pays)
Cimetières (tous pays confondus)
Musique et musiciens (Cinéma italien)
Milieu médical (Cinéma italien)
Cinéma espagnol (ORIGINE)
Trains et gares (Cinéma italien)
Cinéma italien (ORIGINE)
Représentant(e)s du culte (Cinéma italien)
Réalisateur(s)
LOY Nanni PALACIOS Fernando PUCCINI Gianni
Chef(s) Opérateur(s)
GERARDI Roberto
Musique
INNOCENZI Carlo
Renseignements complémentaires
Scénario : Nanni Loy,
Gianni Puccini, Ruggero Maccari,
Ettore Scola, Alberto Sordi
et Rodolfo Sonego .....
Distribution : RKO

Nota :

- Film tourné en deux versions, italienne et espagnole .....

- Le réalisateur Fernando Palacios n'est crédité que dans la version espagnole .....
Acteurs
SORDI Alberto
BAUTISTA Aurora
TOSI Luigi
DE AMICIS Alberto
NINCHI Carlo
GIORDA Marcello
PISANO Rosita
PASSANTE Mario
LUNA Delia
BLANCH Laly
BARBI Ciccio
PATTI Pino
MARCO DAVO José
MUNOZ Celia
DASTI Javier Felix
CABA ALBA Julia
RAMSAY Amos
RIVERO Santiago
VIDRIALES Joaquin
ISBERT José
Résumé

Le brave Alberto, architecte dans le bâtiment, s'est presque ruiné en voulant acheter pour Elena, sa jeune épouse, une agréable maison avec terrasse, sise dans les faubourgs romains. Au petits soins avec elle, il n'ose tout d'abord pas trop affirmer ses propres opinions et convictions. Aussi ne se risque-t-il pas à reconnaître son profond ennui quant aux fréquents exercices musicaux à la contrebasse de sa moitié ni sa discrète inclination pour le ballon rond. Pire, la famille, essentiellement du coté de sa belle-mère, voudrait bien s'incruster au premier étage de la maison et reconvertir la spacieuse terrasse en chambre. Déjà que la belle-soeur, perturbée par une rupture amoureuse avec son cinquième militaire, vient squatter à la maison. Et, cerise sur l'aigre gâteau, ses affaires professionnelles périclitent ostensiblement, avec les moult contrats inaboutis et maints rendez-vous avortés, toujours par la faute de l'élément féminin de son foyer. Finalement totalement ruiné, le pauvre Alberto trouvera son bonheur quotidien dans un sympathique travail itinérant (représentant en chocolat) qui lui fera croiser bien des créatures affables auxquelles il se présentera désormais, invariablement comme un intangible célibataire...

>>> Teintée d'une sympathique misogynie bon enfant, une insidieuse diatribe matrimoniale qui se regarde avec ravissement et volupté entre une fraîche rupture sentimentale et une spacieuse et divine période d'allègre et nombriliste célibat...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)