JAMAIS SANS MA MERE - 2003

Titre VF JAMAIS SANS MA MERE
Titre VO Mors Elling
Année de réalisation 2003
Nationalité Norvège
Durée 1h25
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 15
Date de sortie en France
Thème(s)
Prix "Cinéfiches" des meilleures interprétations
Puzzles
Hôtels (Autres pays)
Chats (tous pays confondus)
Cinéma norvégien (ORIGINE)
3e âge (Cinéma norvégien)
Relations entre mère et fils
Pickpockets (tous pays confondus)
Aéroports (et / ou) aviation civile (Cinéma norvégien)
Masturbation (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
ISAKSEN Eva
Chef(s) Opérateur(s)
HAAN Rolv
Musique
LILLO-STENBERG Lars
Renseignements complémentaires
Scénario : Axel Hellstenius
d'après le livre d'Ingvar Ambjornsen .....

Nota : le film fait suite à la réalisation de Petter Naess : "Elling" tournée en 2001
et qui fut un conséquent succès public au box-office norvégien .....


- Prix "Cinéfiches" (Meilleure Interprétation) pour Per Christian Ellefsen .....
Acteurs
NORDRA Grete
ELLEFSEN Per Christian
REISS Helge
BORGE Christin
SCHAANING Per
MEIERAN Lena
DAHL TORP Ane
BAKKER Erland
PAULSEN Torbjorn
STEENSTRUP Henriette
JOHANNSON Liv
GRASMO Egil
MARTIN Gabriel
CAPDET Frank
AYMAR Angels
MONSORIU Pape
Résumé

Vieux garçon maniaque et maniéré, avec de tranchantes (et fausses) opinions sur tout (et surtout sur ce qu'il ne connait pas) l'inénarrable Elling, (stupéfiant Per Christian Ellefsen) la quarantaine bien avancée, vit depuis des lustres dans une proprette cité norvégienne, avec sa délicieuse et compréhensive mère, veuve depuis quelques années, formant avec elle un indéfectible "couple" réciproquement protectionniste, entre ombilical amour filial et compréhensive présence maternelle. Apprenant au hasard "programmé" d'une visite médicale qu'elle est atteinte d'une maladie incurable, Maman Grete vient d'acheter, pour elle et son incontournable fiston, deux séjours estivaux à Palma de Majorque. Pour retrouver le lieu "paradisiaque" où son oncle et sa tante tricotèrent leur amoureuse fin de vie, mais surtout pour confronter son misanthrope et gastéropode fiston enfin au monde extérieur. Après un inaugural et paniquant décollage nordique, on se retrouve en pays ibérique, sous les discutables auspices d'un folklorique voyage organisé avec ses inévitables aléas de circonstances et ces bénignes infortunes de gérance (lit double et double lit) au point de profondément paniquer notre facétieux et virginal fiston, s'inquiétant déjà d'horizontales proximités incestueuses. On en passe et on en trépasse, (de rire et de sourire) notre vieux garçon n'en finira pas de s'alarmer à tort et à travers; sa maman se faisant courtiser par un sympathique compatriote et sa voisine de palier lui faisant de tendres avances qui auront toujours un répondant de retard...

>>> Affublé d'un titre français stupide et racoleur, ce succulent petit bonbon cinématographique, entre acidité décapante et tendresse profonde, d'une agréable simplicité plutôt déconcertante, se déguste avec bonheur et nonchalance, tel un gourmet petit chat complice, en manque de présence affective et de carnassières gâteries, devant une gamelle désespérément vide...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)