REC - 2007

Titre VF REC
Titre VO [Rec]
Année de réalisation 2007
Nationalité Espagne
Durée 1h20
Genre HORREUR
Notation 14
Date de sortie en France 23/04/2008
Thème(s)
Possession
3e âge (Cinéma espagnol)
Télévision (Cinéma espagnol)
Cannibalisme
Cinéma espagnol (ORIGINE)
Racisme (Autres pays)
Epidémies
Le diable et ses démons (Cinéma espagnol)
Vidéo (Moyen de communication)
Morts-vivants (Cinéma espagnol)
Huis clos (tous pays confondus)
Incendies (et / ou) pompiers .....
Réalisateur(s)
BALAGUERO Jaume PLAZA Paco
Chef(s) Opérateur(s)
ROSSO Pablo
Musique
Renseignements complémentaires
Scénario : Jaume Balaguero,
Paco Plaza et Luis Berdejo .....
Distribution : Wild Side Films

Visa d'exploitation : 119 391

Nota : pour Pep Sais, uniquement la voix .....
Acteurs
VELASCO Manuela
BOTET Javier
BRONCHOUD Manuel
CARBONNELL Martha
FONT Claudia
GIL Vicente
LANAU Maria
LASARTE Carlos
ORTEGA Maria Teresa
ROSSO Pablo
SAIS Pep
SERRANO Jorge
TERRAZA Ferran
VERT David
VICENTE Carlos
VELASQUEZ Ana Isabel
Résumé

Barcelone. Un soir. Egocentrique et pimpante présentatrice d'une chaîne de télévision locale, Angela s'apprête à mettre sur pellicule, accompagnée de son cameraman attitré, un nouvel épisode d'une émission consacrée aux "travailleurs de la nuit" de la grande cité catalane. Cette fois-ci ce sont les pompiers qui ont l'honneur du petit écran, avec une présentation détaillée de leur quartier général ainsi que d'une vue d'ensemble de l'agencement de leurs équipes opérationnelles et en prime, dans la mesure du possible, en fonction des événements de la nuit, le filmage en direct d'une intervention (in vivo). Après quelques heures d'un calme absolu, un appel pressant d'une dame âgée qui réclame d'urgence du secours, déclenche une (a priori) banale opération de routine avec le prompt départ d'un véhicule approprié et son équipe habituelle. Sur place, à l'entrée d'un vieil immeuble cossu, quelques locataires inquiets et deux, trois policiers en attente de l'arrivée des fameux soldats du feu. D'horribles cris de douleur ont été entendus dans les étages, provenant de toute évidence de l'appartement incriminé...

>>> Sur la virevoltante thématique scénaristique du cinéma "in live", caméra au poing et percutantes techniques du reportage, Balaguero et Plaza nous proposent une "montée" en enfer plutôt réussie, même si le concept filmique finit forcément par buter à ses propres limites et générer une forme d'accoutumance et de banalisation visuelles. C'est aussi cette raison que les deux réalisateurs ont limité leur film à une durée plutôt courte (à peine quatre vingt minutes). On reste par contre beaucoup plus dubitatif, voire sceptique sur le télescopage incongru entre une histoire d'horreur à connotation anthropophage et une explication fantastique teintée de satanisme et de possession, plutôt hasardeuse et saugrenue. On attend les suites avec inquiétude...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Annuel Cinéma 2009

- Cahiers du Cinéma numéro 633
Critiques (Public)
"Tu continues de filmer, jure-le sur la tête de ta mère" Le cinéma d'épouvante reprend de bien belles couleurs grâce cet opus sédentaire et terrifiant. Une ingénieuse refonte du concept d'horreur exécuté dans une multitude de plans novateurs remarquablement travaillés. Nous sommes littéralement avalés par ce voyeurisme saccadé et glouton, incapable de s'extraire d'un irrésistible besoin de filmer la progression courageuse, étage par étage, d'individus liquéfiés par l'angoisse de ce qu'il découvrent dans tous les recoins de ces appartements d'un clair obscur menaçant. "REC" est un salutaire coup de grisou, permettant à une discipline de se ragaillardir dans des clichés impressionnants, faisant basculer crescendo le contenu dans un contexte de terreur, d'une tension remarquable de bout en bout. La caméra omniprésente balayant le site du sol au plafond apporte dans des cadrages imprévisibles l'essence principale d'un environnement apocalyptique, livré à un événementiel sauvage, abandonnant de toute humanité des esprits réduits au rang de bêtes traquées. Un très bon film thématique, intelligent, sur la disparition progressive d'une éthique, laissant sa place à une bestialité entretenue par des hurlements terrifiques. JIPI