BLINDNESS - 2008

Titre VF BLINDNESS
Titre VO Blindness
Année de réalisation 2008
Nationalité Canada / Brésil / Japon
Durée 2h01
Genre DRAME FANTASTIQUE
Notation 1
Date de sortie en France 08/10/2008
Thème(s)
Chiens (Cinéma canadien)
Racisme (Autres pays)
Masturbation (tous pays confondus)
Cécité (Cinéma canadien)
Milieu médical (Cinéma canadien)
Epidémies
Cinéma canadien (ORIGINE)
Prostitution (Cinéma canadien)
Borgnes (tous pays confondus)
Huis clos (tous pays confondus)
Oculistes et ophtalmologistes (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
MEIRELLES Fernando
Chef(s) Opérateur(s)
CHARLONE Cesar
Musique
GUIMARAES Marco Antonio
Renseignements complémentaires
Scénario : Don Mac Kellar
d'apres le roman : "L'aveuglement"
de José Saramago .....
Distribution : Pathé Distribution

Visa d'exploitation : 121 440

Acteurs
MOORE Julianne
RUFFALO Mark
BRAGA Alice
ISEYA Yûsuke
KIMURA Yoshino
MAC KELLAR Don
CHAYKIN Maury
NYE Mitchell
GLOVER Danny
GARCIA BERNAL Gael
ANDERSON Scott
RIVERA BLAS Gil
BROWN Jackie (3)
BURNS Martha
COBDEN Joe
COYNE Susan
EAST Katherine
GALLUS Agi
HIEBERT Amanda
JARSKY Joris
KIELING Katia
KOAHO Mpho
LITZ Nadia
LUE Linlyn
MAHONEN Michael
MEIRELLES Francisco
MELISSIS Tom
MOLINA Jorge
MONTENEGRO Anthero
NUNES Paulino
OH Sandra
OTIS Billy
PINGUE Joe
SEMERJIAN Eduardo
YOHANNES Mike G.
BRASIL DE LUNA César
GOLTZ Johnny
SILVA Douglas
TIGANO Alexandre
Résumé

Une ville américaine en pleine activité économique méridienne. Dans une circulation dense, parmi le flot incessant des véhicules privés et professionnels, un quidam d'origine nippone est victime d'une brutale cécité, au volant de sa voiture. L'examen ophtalmologique ne détecte aucune altération apparente des yeux et conclut à une incroyable et fortuite aberration médicale. Mais lorsque la plupart des personnes qui ont côtoyé la victime sont atteintes de la même affection, surnommée rapidement par les médias, "le mal blanc", les autorités compétentes décident de mettre en place, de toute urgence, pour lutter contre une propagation incontrôlable de la mystérieuse épidémie, des mises en quarantaine systématiques. Lorsque l'un des médecins de l'hôpital où la première infection a été signalée, est lui aussi contaminé et que les services immunologiques l'emmènent, comme tant d'autres, dans un vieil édifice délabré, étroitement gardé, isolé par les forces armées, son épouse, résistante à l'incroyable contamination, l'accompagne dans son internement, simulant vaille que vaille une cécité inexistante. Sur les lieux, un semblant d'organisation se met en place, par dortoirs, en un rien de temps annihilé par la prise de pouvoir d'un petit facho de couloir, doté d'une grande gueule, d'un révolver et d'un phallus...

>>> Peut-être l'un des films les plus nullissimes de cette dernière décennie ! Accumulant les erreurs scénaristiques, en une rare pandémie d'incongruités et d'inepties, n'hésitant pas à jouer sur le sordide le plus lourdingue et le plus complaisant, se voulant une signifiante parabole des calamiteux errements de la nature humaine et ne proposant qu'une paraphrénie cinématographique incohérente et niaise, cette oeuvre, époustouflante de ringardise et de banalité, indigne d'un réalisateur qui nous avait vraiment séduit dans le passé, ne mérite qu'ignorance et mépris, au mieux un tonitruant éclat de rire narquois et dédaigneux. Navrant précipité d'ignorance et de petitesse, tourné sous permanents anxiolytiques ou périmées amphétamines, cette pochade stupide et sordide, remet Meirelles à sa juste place, comme en son temps Vinterberg, d'illusoire épiphénomène du Septième Art...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Télérama numéro 3065 (semaine du 11/10 au 17/10/2008)
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Annuel Cinéma 2009
Critiques (Public)