LES CHIENS DE PAILLE - 1971

Titre VF LES CHIENS DE PAILLE
Titre VO The straw dogs
Année de réalisation 1971
Nationalité Grande-Bretagne
Durée 1h58
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France 11/02/1972
Thème(s)
Cinéma britannique (ORIGINE)
Chewing-gum (tous pays confondus)
Jeux (fléchettes) (tous pays confondus)
Piège à ours (tous pays confondus)
Majorettes et autres cheerleaders (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
PECKINPAH Sam
Chef(s) Opérateur(s)
COQUILLON John
Musique
FIELDING Jerry
Renseignements complémentaires
Scénario : Sam Peckinpah
et David Z. Goodman .....
d'après le roman de Gordon M. Williams :
"The siege of Trencher's farm" .....
Produit par David Melnick
Distribution : 20th Century Fox

Visa d'exploitation : 39 490
Acteurs
HOFFMAN Dustin
GEORGE Susan
VAUGHAN Peter
MAC KENNA T. P.
HENNEY Del
HUTCHISON Ken
WELLAND Colin
NORTON Jim
THOMSETT Sally
WEBSTER Donald
JONES Len
MUNDELL Michael
ARNE Peter
KEEGAN Robert
BROWN June
FRANKS Chloe
WARNER David
MANN Cherina
BRAYHAM Peter
Résumé

Dans les Cornouailles, un sympathique et pacifique mathématicien, David Sumner, va prendre quelques jours de vacances, en compagnie de sa femme Amy, originaire de la région. Ils ont décidé de retaper une vieille baraque qui leur appartient. L'hostilité des autochtones, de sombres brutes arriérés ira en croissant jusqu'au déferlement de violence final où le plus brutal n'est pas celui qu'on pense...

>>> Un crescendo de violence et de haine avivé par de nombreux ralentis et flash-back qui dynamitent véritablement le film, dans une apocalypse macabre et vengeresse...

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Ecran 1972 (numéro 4)
Critiques (Public)
Pour combattre les loups il faut être soi-même un loup. "Les chiens de paille" est un brûlot abject. Un retour aux sources très violent, vers une perversité de terroir oubliée le temps d'une délocalisation. Seule la verdure de ce site campagnard est apaisante. Le reste n'est qu'une débauche ancestrale décadente d'esprits réactivée par le comportement aguichant et immature d'une autochtone de retour sur les terres d'un site animalier. Le besoin d'être traitée virilement est flagrant de la part d'une jeune fille s'estimant délaissée par un mari un peu trop puritain, préférant les attraits de la formule mathématique. Un homme simple, naïf et inoffensif quitte une violence quotidienne pour la récupérer de manière encore plus brutale sur un site analphabète et aviné dont il devra s'inspirer pour survivre. Au début des années soixante dix l'apparition de cet opus nauséabond est une véritable bombe. Une férocité méconnue sur grand écran apparaît soutenue par des images insoutenables. "Les chiens de paille" dénonce le désœuvrement d'une faune locale dont les uniques perceptions sont la violence, la bière et la fesse. Un regard effaré devant des comportements de chimpanzés passe du statut de victime à celui de séquestré combatif, en s'inspirant des concepts de l'auto-défense. La très éprouvante scène du "viol" est une montée chromatique partant de la répugnance en passant par la révolte, la soumission et le consentement. En ces lieux désertés par la douceur tout passe par la force et cette force apporte du plaisir. JIPI

Des êtres (femmes comprises) totalement soumis à leurs pulsions qui finissent par faire exploser le Surmoi bien polissé de David dans un déchaînement de violence... libératrice ? L'ambiguité est partout dans ce film et c'est sa force. Quelle publicité épouvantable pour St Buryan. Voilà un film propre à alimenter les fantasmes que certains nourrissent à l'égard des provinces les plus reculées.