BIUTIFUL - 2009

Titre VF BIUTIFUL
Titre VO Biutiful
Année de réalisation 2009
Nationalité Espagne / Mexique
Durée 2h17
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France 20/10/2010
Thème(s)
Cinéma espagnol (ORIGINE)
Homosexualité masculine (Cinéma espagnol)
La mort, ses cadavres et ses représentations (tous pays confondus)
Fantômes (Cinéma espagnol)
Drogue -consommation- (Cinéma espagnol)
Milieu médical (Cinéma espagnol)
Quart monde (Autres pays)
Emigration et immigration (Cinéma espagnol)
Vomissements
Pouvoirs et dons paranormaux (Cinéma espagnol)
Cimetières (tous pays confondus)
Cancer (Cinéma espagnol)
Bidonvilles et autres taudis (Autres pays)
Réalisateur(s)
GONZALEZ INARRITU Alejandro
Chef(s) Opérateur(s)
PRIETO Rodrigo
Musique
SANTAOLALLA Gustavo
Renseignements complémentaires
Scénario : Alejandro González Iñárritu,
Armando Bo et Nicolás Giacobone .....
Distribution : ARP Sélection

Visa d'exploitation : 127 590

Nota : Prix d'Interprétation Masculine pour Javier Bardem, Cannes 2010 .....
Acteurs
BARDEM Javier
ALVAREZ Maricel
BOUCHAIB Hanaa
ESTRELLA Guillermo
FERNANDEZ Eduard
NDIAYE Cheikh
DAFF Diaryatou
SHEN Cheng Tai
JIN Luo
CHUKWUMA George Chibuikwem
LI Lang Sofia
YANG Yodian
LIN Tuo
WAGENER Ana
OCHANDIANO Ruben
ELEJALDE Karra
SALEH Nasser
DEL ESTAL Tomas
CALVO Adelfa
SOLO Manolo
PEREZ Violeta
ALMENDROS German
MOLINE Nacho
TOTUSAUS Annabel
GOMEZ Eduardo
CUBERO Félix
MUNOZ Federico
CASADO Maria
EVANS Sophie
MONTENEGRO Dunia
GRABULEDA CAPDEVILA Albert
GARCIA Martina
MOYA JUAREZ Raul
PORTILLO Blanca
Résumé
                                                                                     Non omnis moriar...

Dans une ville de Barcelone aux antipodes des traditionnelles cartes postales touristiques, bien au froid et au sale des nombreux ateliers clandestins où croupissent des centaines d'exploités du tiers-monde, crapahute, en malaise et en survie, le dénommé Uxbal, atteint d'un irrémissible cancer de la prostate en proche phase terminale, ne lui laissant que quelques mois encore à vivre, pour se mettre à l'heure, avant l'ultime débandade finale. Car son existence jusqu'alors n'a été qu'une insistante et radicale succession ininterrompue d'ornières et d'expédients, entre une épouse volage et droguée, une sordide activité de pourvoyeur de main-d'oeuvre émigrée et d'illicites magouilles d'influence avec quelques policiers lourdement corrompus sans cesse détournés, soudoyés. Sachant désormais ses jours comptés, il voudrait mettre ses deux enfants, à l'abri financier du besoin, multipliant les trafics frauduleux avec les vendeurs à la sauvette d'origine africaine, les petites mains chinoises fabriquant par dizaines des sacs contrefaits en simili maroquinerie de luxe, marchés noirs et combines de misère qui exploitent la pauvreté ambiante, en apnée et en suffocation d'un monde mortifère où seuls les symboles et les défunts qui nous entourent, gardent encore un semblant d'humanité et de respect...

>>> Evitant les convenus écueils dénonciateurs d'un misérabilisme appuyé et les commodes élancées mélodramatiques d'un scénario à risques, mettant en représentation un individu et un monde en finitude, Alejandro Gonzalez Inarritu nous impose une magnifique déchirure existentielle, un rien christique et diabolique à la fois, humaine en sorte, avec une rigoureuse performance d'acteur de Javier Bardem, littéralement investi, possédé par son douloureux personnage, en vacance et en dialogue avec les morts fantômes qui attendent l'autre passage...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Libération 20 octobre 2010
- Positif numéros 593/594
- Le Canard Enchaîné du 20 octobre 2010
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)