THE WOMAN WHO DREAMED ABOUT A MAN - 2010

Titre VF THE WOMAN WHO DREAMED ABOUT A MAN
Titre VO Kvinden der dromte om en mand
Année de réalisation 2010
Nationalité Danemark
Durée 1h40
Genre DRAME SENTIMENTAL
Notation 5
Date de sortie en France
Thème(s)
Suicide (Cinéma danois)
Rêves et cauchemars (Cinéma danois)
Cinéma danois (ORIGINE)
Aéroports (et / ou) aviation civile (Autres pays)
Milieu universitaire (Autres pays)
Milieu de la mode, de la couture et de la confection (tous pays confondus)
Photos et photographes (Autres pays)
Voyeurisme (Autres pays)
Réalisateur(s)
FLY Per
Chef(s) Opérateur(s)
PAALGARD Harald
Musique
NILSSON Stefan EIDNES ANDERSEN Kristian
Renseignements complémentaires
Scénario : Per Fly
et Dorthe Warno Hogh .....
Acteurs
RICHTER Sonja
DOROCINSKI Marcin
NYQVIST Michael
BLICHFELDT Alberte
OST Tammi
HJORT DITLEVSEN Sara
KOMODOWSKI Janusz Francisziek
MONSIGNY Franck
KRZYWKOWSKA Monika
BOLADZ Olga
FUDALEJ Rafal
MALANOWICZ Zygmunt
SNOCHOWSKI Jakub
CHILICKI Michal
OWCZYNNIKOW Teresa
ZAWOJEK Hubert
LELAURE Charles
Résumé
                                                                      3h30 du matin, la mort du cinéma...

Excellente photographe de mode, la dynamique Karen est fort sollicitée, de Paris à Berlin en passant par Varsovie, afin d'accrocher défilés et mannequins, avec son style, sa préhension et son inséparable Nikon, si recherchés dans le milieu artistique, pour leur indéniable efficacité. Lors d'un déjeuner dans le restaurant de son luxueux hôtel parisien, elle est profondément perturbée par la vision d'un autre client, prénommé Maciek, professeur d'économie dans la capitale polonaise, qu'elle n'a jamais rencontré et qui pourtant depuis quelques semaines hante ses rêves, mystérieusement. En effet, avec une redoutable récurrence, elle revit le même songe intrigant et perturbant dans lequel notre homme finit par se jeter par une fenêtre. Une mutuelle attirance se conclut dans une brève étreinte nocturne. Puis la belle retourne dans ses pénates berlinois, mari et petite fille adorables au foyer. Nouveau départ pour Paris, nouvelles retrouvailles. Puis, devant aller à Varsovie, pour une importante revue de mode, accompagnée de sa petite famille, elle décide d'aller à sa rencontre sur le lieu même de ses cours, attendant fiévreusement de le revoir enfin à nouveau...

>>> A ce moment de l'histoire, le spectateur, qui depuis belle lurette fait grise mine et grommelle devant tant de mièvrerie accumulée et de prétention affichée, est loin de se douter dans quelles abysses de ridicule et de stupidité on va encore l'entraîner, au point de se retrouver à la fin du film, pétrifié et abasourdi, dans un consternant état d'hébétude et d'effarement, devant une telle nullité affichée. Outre que les deux principaux acteurs jouent fort mal, plus particulièrement dans les scènes d'une prétendue proximité amoureuse, on ne peut que se poser de pertinentes questions quant à la suite de la carrière d'un metteur en scène d'origine danoise, qui dans le passé nous avait gratifié d'un superbe CHEF-D'OEUVRE percutant et bienvenu...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)