MILLENIUM : LES HOMMES QUI N'AIMAIENT PAS LES FEMMES - 2011

Titre VF MILLENIUM : LES HOMMES QUI N'AIMAIENT PAS LES FEMMES
Titre VO The girl with dragon tatoo
Année de réalisation 2011
Nationalité Etats-Unis
Durée 2h35
Genre THRILLER
Notation 15
Date de sortie en France 18/01/2012
Thème(s)
Tatouages (tous pays confondus)
Internet (tous pays confondus)
Informatique
Moto(cyclettes) et autres scooters (Cinéma américain)
Journalisme et presse (Cinéma américain)
Punks et gothiques
Trains et gares (Cinéma américain)
Ponts
Iles (Cinéma américain)
Chats (tous pays confondus)
Métro (Cinéma américain)
Taxis (Cinéma américain)
Aéroports (et / ou) aviation civile (Cinéma américain)
Photos et photographes (Cinéma américain)
Vidéo (Moyen de communication)
Homosexualité féminine (Cinéma américain)
Tueurs psychopathes (Cinéma américain)
Inceste (Cinéma américain)
Milieu de la finance (tous pays confondus)
Jeux (échecs) (tous pays confondus)
Nazisme (Cinéma américain)
Bondage
Réalisateur(s)
FINCHER David
Chef(s) Opérateur(s)
CRONENWETH Jeff
Musique
REZNOR Trent ROSS Atticus
Renseignements complémentaires
Scénario : Steven Zaillian
d'après le roman de Stieg Larsson .....
Distribution : Sony Pictures Releasing France

Visa d'exploitation : 131 915
Acteurs
CRAIG Daniel
MARA Rooney
PLUMMER Christopher
SKARSGARD Stellan
BERKOFF Steven
WRIGHT Robin
VAN WAGENINGEN Yorick
RICHARDSON Joely
JAMES Geraldine
VISNJIC Goran
SUMPTER Donald
FRIBERG Ulf
CARLSSON Bengt C. W.
WAY Tony
DUNCAN Alastair
MYRBERG Per
ASPLUND Josefin
FRITJOFSON Eva
APPELBERG Sarah
SANDS Julian
BJÖRK Anna
HAMMARSTEN Gustaf
DENCIK David
JARVIS Martin
LANDGRE Inga
BERG Anders
KLEIN Jürgen
JOSEPHSON Kalle
ANDREIS Sandra
JOVER Arly
PANZER Tess
DALE Alan
ROSE Julia
CARLBERG Peter
STRÖMDAHL Lena
WOLF Matthew
NORBERG Anne-Li
BILL Leo
MARCO Albrecht
LOTUN Martina
DOLK Fredrik
HELLER Christian
BIERMEIER Werner
ADAMS Christine
HOTTINGER Peter
GIRAUD Joyce
YUNG Elodie
DAVIDTZ Embeth
KINNAMAN Joel
WRIGHT Karen E.
GERDES George
ANDERSSON Mats
Résumé

Condamné pour diffamation envers le richissime homme d'affaires Hans-Erik Wennerström qu'il accusait de ventes illicites d'armes à la Croatie, le journaliste Mikael Blomkvist risque une lourde condamnation et une conséquente amende pour ne pas avoir vérifié plus scrupuleusement ses sources. Découragé par ces désagréments et ces avanies professionnels, il décide de prendre un peu de distance avec "Millénium", son journal, acceptant d'autant plus facilement l'invitation d'un ponte de l'industrie ferroviaire, Henrik Vanger, de venir s'installer sur son île afin de résoudre une pénible énigme qui traumatise depuis une quarantaine d'années son existence. En effet, le vieil homme ne se résout pas à la mystérieuse disparition de sa nièce adorée, la blonde et délicate Harriet, dont le corps n'a jamais été retrouvé. Plus traumatisant encore, la demoiselle avait comme secrète habitude d'offrir à son oncle, à chaque anniversaire de ce dernier, un délicat sous-verre contenant un végétal séché, et malgré son probable décès, rituellement, Henrik Vanger reçoit toujours le même cadeau qui lui est envoyé à chaque date commémorative. Notre reporter découvre rapidement que la famille de son riche commanditaire est en fait un embrouillamini de personnes hétérogènes et singuliers dont certains avaient d'étroites connivences et sympathies avec le nazisme. Devant la complexité de l'affaire et la multiplicité des ramifications de l'enquête qui mènent aussi vers un éventuel tueur en série, Blomkvist demande à son employeur, l'engagement d'un assistant collaborateur. Ce sera Lisbeth Salander, une jeune punk mutique et radicale, férue d'informatique, hacker surdouée, au passé traumatique, dont les intrusions et les décisions vont rapidement bousculer les données de l'enquête...

>>> Si le film ne réserve aucune surprise, scénaristiquement parlant, respectant scrupuleusement la trame et le récit de l'oeuvre littéraire et de la première adaptation cinématographique, notre préférence ira pour la version suédoise en ce qui concerne l'interprétation et pour la version américaine pour la réalisation...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Cahiers du cinéma numéro 674
- Libération du 18/01/2012
- Annuel du Cinéma 2010
- Le Canard Enchaîné du 25 janvier 2012
- Positif numéro 612
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
Cette version est remarquable. L'embellie réussie d'un premier jet un peu trop statique se contentant de mettre en images le contenu d'un best-seller sans en faire frémir les pages. Dans cet opus, l'isolement et le froid glacial de ces pelouses et demeures endormies se ressentent au maximum. La famille Vanger à l'image d'un site éloigné de tout, calme, désolé et tapissé de blanc détient par cette dualité les contraignantes conditions que peut subir un esprit citadin temporairement délocalisé au contact d'une nature austère dont certains visages se sont imprégnés. L'éclairage artificiel conséquent ou pratiquement absent de plusieurs intérieurs conviviaux ou spartiates s'efforce d'équilibrer le peu de luminosité délivré par soleil en berne. Le blanc déposé par le mouvement éternel des saisons et le noir d'un esprit refusant de s'intégrer dans un système reproduisent parfaitement, en fonction de leurs localisations, toute la composition de personnages cloitrés véreux, opportunistes et revanchards ou bien fermé au regard absent, puis subitement de braise, dans une inertie toujours prête à exploser. Statuts en alternance, logés dans une bulle citadine au regard de glace, toujours sur la défensive, formatée pour le rapport de forces, l'amour libre et spontané, délivrant ses émotions au coup par coup, en évitant l'investissement à long terme. Un film austère et prenant sur la difficulté de découvrir le véritable sens de la vie, ceci conduisant irrémédiablement vers le profit ou la perversité, dont le seul résultat est de labourer de rides et de haines des visages épuisés par leurs excès. JIPI