DANS LA VILLE BLANCHE - 1982

Titre VF DANS LA VILLE BLANCHE
Titre VO A cidade branca
Année de réalisation 1982
Nationalité Portugal / Grande-Bretagne / Suisse
Durée 1h47
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 16
Date de sortie en France 20/04/1983
Thème(s)
Cinéma portugais (ORIGINE)
Tramways
Vidéo (Moyen de communication)
Hôtels (Autres pays)
Bateaux marchands
Ponts
Billard (tous pays confondus)
Jeux (dominos)
Ambulances (tous pays confondus)
Football
Alcoolisme et autres beuveries (Autres pays)
Trains et gares (Autres pays)
Réalisateur(s)
TANNER Alain
Chef(s) Opérateur(s)
DE ALMEIDA Acacio
Musique
BARBIER Jean-Louis
Renseignements complémentaires
Scénario : Alain Tanner
Produit par Paulo Branco
et Alain Tanner .....
Distribution : MK2 Diffusion

Visa d'exploitation : 56 952
Acteurs
GANZ Bruno
MADRUGA Teresa
CARVALHO Jose
VONDERLINN Julia
BAIAO Francisco
WALLENSTEIN José
COSTA Victor
FRANCO Lidia
EFE Pedro
GUIMARAES Cecilia
VICENTE Joana
DE CARVALHO Jose
BRANCO Paulo
Résumé
                                                                              Comme un axolotl suisse perdu à Lisbonne
                                                                                     Toujours à trois doigts du bonheur...


Lors d'une escale à Lisbonne, Paul, un mécanicien-machiniste sur un imposant cargo itinérant, décide de ne plus remonter à bord et de vivre sa liberté, sans contrainte de temps ni de travail. Il prend une chambre au hasard dans un petit hôtel de la ville. Là-bas, en Suisse, sa compagne Elisa, qui attend son retour, s'inquiète un peu de sa brusque décision de mettre fin à son périple professionnel, tout en continuant à recevoir régulièrement soit une lettre, soit une cassette-vidéo. En effet, Paul a la manie de filmer en super 8 son environnement quotidien. Peu à peu il sympathise amoureusement avec Rosa, une jeune employée de son estaminet qui fait à la fois office de barmaid et de femme de ménage dans l'ensemble des locaux. Un soir, à la sortie d'une salle de billard, il se fait violemment agripper par deux individus qui le délestent de tout son argent. Pour vivre, il vend sa montre suisse pour la somme de 5000 escudos, un petit pécule bien vite dépensé. Quelques jours plus tard, il revoit un de ses agresseurs qu'il accoste pour finalement récolter un sauvage coup de couteau qui le mène aux soins thérapeutiques d'urgence. Alors que sa compagne helvète lui promet "la guerre" à son retour au pays, Rosa de son côté, sans nouvelle de lui durant son hospitalisation, a quitté le pays pour aller chercher du travail en France...

>>> Sur un scénario original très lâche, avec juste quelques vagues comptes rendus sporadiques et d'épisodiques prises de notes délimitant un tournage au jour le jour, Alain Tanner nous livre une œuvre à la fois limpide et désenchantée qui brasse aussi bien une lancinante désespérance existentielle qu'une impulsive et véritable joie de vivre, sur fond d'errance et d'incertitude, entre suave légèreté et intime profondeur...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Première numéro 268
- Positif numéros 267 et 368
- Cahiers du Cinéma numéro 343
- Cinématographe numéro 89
- Première numéro 73
- Revue du Cinéma numéros 383 et 402bis
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Saison Cinématographique 1983
- Ciné Critiques Films numéro 13
- Jeune Cinéma numéro 151
Critiques (Public)