LA PAROLE - 1955

Titre VF LA PAROLE
Titre VO Ordet
Autres titres VF LE VERBE
Année de réalisation 1955
Nationalité Danemark
Durée 2h05
Genre DRAME
Notation 18
Date de sortie en France 28/12/1955
Thème(s)
Festival de Venise (Lion d'Or)
Cinéma danois (ORIGINE)
Protestantisme
Sectes
Réalisateur(s)
DREYER Carl Theodor
Chef(s) Opérateur(s)
BENDTSEN Henning
Musique
SCHIERBECK Poul
Renseignements complémentaires
Scénario : Carl Theodor Dreyer .....
d'après la pièce de Kaj Munk
Distribution : Marceau

Visa d'exploitation : 17 484

Nota :

- Lion d'Or à Venise en 1955
 
- Bodil Festen 1955 (Danemark) Meilleurs acteur, actrice, film

- Golden Globe 1956, Meilleur Film Etranger


- Autre version de Gustav Molander (1944) .....
Acteurs
MALBERG Henrik
HASS CHRISTENSEN Emil
NIELSEN Gerda
FEDERSPIEL Birgit
RUD Ove
FEDERSPIEL Ejner
SKJAER Henry
KRISTIANSEN Cai
GROTH Ann Elisabeth
LERDORFF RYE Preben
AGESEN Hanne
ECKHAUSEN Sylvia
TRANE Edith
ANDREASEN Kirsten
RUD Susanne
Résumé

Quelque part, dans l'aride région du Jutland occidental, une grande famille, les Borgensgaad, vit sous l'autorité de Morten, vieux patriarche intransigeant, aux rigides dogmes religieux. Sous le même toit, son fils ainé Mikkel, méfiant envers ces rigoureuses bondieuseries, son épouse Inger et leurs deux enfants ; le benjamin, Anders, amoureux de la fille du tailleur dont le père dirige une secte religieuse et Johannes, son second fils qui se prend pour Jésus-Christ dans sa folie théologique...

>>> Oeuvre exemplaire sur la problématique de la Foi, de la croyance, de Dieu ! 

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Positif numéros 16, 329/330 et 553
- Cahiers du Cinéma numéro 134
- Radio-Cinéma numéro 365
- Cinéma numéro 10
- Fiche Télé-Ciné numéro 57
- Ecran de France numéros 158, 159 et 160
- La Revue du Cinéma numéro 90
- Fiche Vox numéro 91 
Critiques (Public)
Pour tout comprendre à la vie , ou plutôt pour la ressentir complètement, voir: « Ordet » / tout Tarkovski / « Persona » et « Le 7e sceau » ... 

Je confirme, Dreyer, Tarkovski et Bergman constituent un indispensable triptyque. Les trois grands réalisateurs n'ont cessé, au cours de leur carrière, de tutoyer le sublime.