L'AIGLE BLANC - 1928

Titre VF L'AIGLE BLANC
Titre VO Belyy oryol
Année de réalisation 1928
Nationalité Union Soviétique
Durée 1h11
Genre DRAME
Notation 15
Date de sortie en France
Thème(s)
Grèves de la faim (tous pays confondus)
Barques, pirogues, chaloupes et autres canots .....
Cinéma soviétique (1900-1990) (ORIGINE)
Grèves
Prisons (Autres pays)
Révolution russe et / ou tsarisme
Ours en peluche (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
PROTAZANOV Yakov
Chef(s) Opérateur(s)
YERMOLOV Piotr
Musique
Renseignements complémentaires
Scénario : Yakov Protazanov,
Oleg Leonidov et Yakov Urinov .....
Acteurs
KACHALOV Vasili
STEN Anna
MEYERHOLD Vsevolod
CUVELEV Ivan
PETROVSKY Andrey
REPNIN Pyotr
VOLKONSKAYA Ye.
ZHAROV Mikhail
VASILCHIKOV Yuri
GROMOV Aleksandr
NAROKOV Mikhail
KOMAROV Mikhail
CHISTYAKOV Aleksandr
Résumé
                                                                                 Comment cela est-il arrivé ?

Depuis déjà deux semaines, les ouvriers d'une importante ville industrielle sont en grève et le gouverneur, craignant fort de prochaines démonstrations de violence, se rend à Saint-Pétersbourg, auprès du pouvoir central tsariste, pour recevoir finalement des ordres de stricte fermeté. Aussi quand les travailleurs, accompagnés de leur épouse et de leurs enfants, criant leur colère et leur faim, s'approchent de sa somptueuse résidence officielle, que certains téméraires dépavent et se mettent à lancer de la caillasse vers l'éminent personnage, ce dernier donne immédiatement l'ordre de tirer dans la foule et fait intervenir la cavalerie, sabre au poing. Des enfants sont tués et ce massacre d'innocentes victimes provoque même la réprobation courroucée de la fille et de l'épouse du gouverneur, profondément choquées. Ce qui n'empêche pas l'ignoble individu de se faire décorer par le tsar lui-même, venu lui accrocher au revers de sa vilénie et de son veston, la précieuse médaille de l'Ordre de l'Aigle Blanc, une rare distinction fort prisée. Désormais rejeté par les siens (son épouse tente même de le révolvériser) il ne parvient pas à faire cesser la grève de la faim entamée par les prisonniers qui accueillent sa venue avec de vibrants chants révolutionnaires et sera finalement abattu par un de ses propres agents de la police secrète, voulant se venger d'avoir été inconsidérément dégradé...

>>> Surtout pour le plaisir de retrouver l'agréable frimousse d'Anna Sten, dans une oeuvre, certes traversée ponctuellement par un certain souffle narratif épique et nerveux, mais qui, à l'instar de certaines autres réalisations du brillant metteur en scène, n'est jamais vraiment inspirée, inoubliable, unique...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)