CURLING - 2010

Titre VF CURLING
Titre VO Curling
Année de réalisation 2010
Nationalité Canada
Durée 1h32
Genre DRAME PSYCHOLOGIQUE
Notation 17
Date de sortie en France 26/10/2011
Thème(s)
Prostitution (Cinéma canadien)
Adolescence (Cinéma canadien)
Milieu médical (Cinéma canadien)
Bowling
Punks et gothiques
Curling (tous pays confondus)
Prisons (Cinéma canadien)
Motels (Cinéma canadien)
Enfance (Cinéma canadien)
Relations entre père et fille(s) (Cinéma américain)
Tigres (Autres pays)
Réalisateur(s)
COTE Denis
Chef(s) Opérateur(s)
DESHAIES Josée
Musique
Renseignements complémentaires
Scénario : Denis Côté
Distribution : Capricci Films

Visa d'exploitation : 130 253
Acteurs
BILODEAU Emmanuel
BILODEAU Philomène
LA FORTUNE Roc
DESMARAIS Sophie
DUTIL Muriel
TRUDEL Yves
HABERLIN Johanne
ROBITAILLE Anie-Pascale
AUBIN Olivier
GAQUERE Geoffrey
FORTIER-MERCIER Raoul
FIDELE-COTE Jérémy
BOURASSA-DOIRON Simon
LAPIERRE Benoit
GIROUX Hugo
WNOROWSKA Agnieshka
Résumé

Saint-Hilaire, une vague bourgade sur la rive sud de Montréal. Jean-François Sauvageau vit seul avec sa fille de douze ans, prénommée Julyvonne, dans une maison isolée, comme sidérée dans le paysage sans bornes, traversé par une impavide route rectiligne et de puissants camions de passage. La gamine n'est jamais allée à l'école, percluse à demeure par un père qui craint tout pour elle, les mauvaises rencontres, les mauvaises fréquentations, les mauvaises influences, décalquant sur sa réservée progéniture, engoncée dans un inhumain et morbide isolement, sa propre angoisse existentielle. Quotidiennement, l'homme s'en vient travailler dans un bowling de la petite agglomération et faire le ménage dans un motel qui va bientôt fermer pour toujours. Hors de son travail, entre son plastronnant patron et une alerte jeune employée gothique, lui reste une vie sans éclat et sans âme, statufiée dans une étouffante timidité et une confondante solitude. Pareils à d'exemplaires morts-vivants de l'existence, père et fille, chacun de son coté, à sa manière et dans sa détresse, va connaître une brutale étrangeté dans la monotonie lapidaire de leurs jours. Elle, au hasard d'une promenade dans les bois, va tomber sur quelques cadavres recouverts par la neige. Lui, en rentrant de son travail, découvrir sur le bord de la route, un garçonnet mourant, tombé ou jeté d'une voiture. Chacun gardera pour lui son morbide secret, continuant, vaille que vaille à survivre dans leur étrange glaciation, que même une visite à Rosie, la mère de la jeune fille, incarcérée, ne saura vraiment dégeler. Et bientôt, ne pouvant plus vivre dans cette permanente suffocation, où seuls quelques imaginaires exploits au curling surnagent dans la désespérante autarcie quotidienne, le père s'en va en voiture, à l'aveuglette, en perdition. Dans un anodin restoroute, il se fera draguer par une femme prénommée Mireille, en fait une affable prostituée, qui par sa disponibilité et sa simplicité lui redonne un peu de lumière et de détermination. Plus tard, on découvre le père et la fille sur un terrain de luge, parmi de nombreux enfants et quelques adultes, dans ce qui s'annonce comme une lente et nécessaire ouverture au monde et aux autres, dans une apaisante et salvatrice proximité...

>>> De la froidure humaine en frimas canadiens, une oeuvre québécoise intense et raffinée, en apparence amorphe et autiste qui, avec lenteur et patience, en se décongelant de ses oripeaux de réitérative banalité et de fausse futilité, nous laisse découvrir sa puissante richesse narrative et psychologique, dans l'expression cinématographique du malaise, des questionnements et des égarements relationnels...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Libération du 26 octobre 2011
- Annuel du Cinéma 2012
- Le Canard Enchaîné du 26 octobre 2012
Critiques (Public)