DJANGO UNCHAINED - 2012

Titre VF DJANGO UNCHAINED
Titre VO Django unchained
Année de réalisation 2012
Nationalité Etats-Unis
Durée 2h21
Genre WESTERN
Notation 16
Date de sortie en France 16/01/2013
Thème(s)
Esclavage
Dentistes
Chasseurs de primes
Racisme (Cinéma américain)
Chèvres et boucs (tous pays confondus)
Ku Klux Klan
Balançoires (tous pays confondus)
Billard (tous pays confondus)
Chiens (Cinéma américain)
Jeux (cartes)
Enterrements
Rôles pluriels dans un même film pour un même acteur (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
TARANTINO Quentin
Chef(s) Opérateur(s)
RICHARDSON Robert
Musique
BOYD Robb
Renseignements complémentaires
Scénario : Quentin Tarantino
Distribution : Sony Pictures Releasing France

Visa d'exploitation : 134 077

Nota : James Remar interprète deux rôles différents .....
Acteurs
FOXX Jamie
WALTZ Christoph
DI CAPRIO Leonardo
WASHINGTON Kerry
JACKSON Samuel L.
GOGGINS Walton
CHRISTOPHER Dennis
REMAR James
STEEN David
GOURRIER Dana Michelle
GALICIA Nichole
CAYOUETTE Laura
ESSANDOH Ato
ROTIBI Sammi
DONAHUE FONTENOT Clay
LUNDY Escalante
JOHNSON Don
NERO Franco
RUSSO James
WOPAT Tom
STROUD Don
TAMBLYN Russ
TAMBLYN Amber Rose
DERN Bruce
GAINEY M. C.
HUCKABEE Cooper
DUHAME Doc
HILL Jonah
HORSLEY Lee
BELL Zoë
BOWEN Michael
CARRADINE Robert
GARBER Jake
NEELEY Ted
PARKS James
SAVINI Tom
PARKS Michael
JARRATT John
TARANTINO Quentin
CHEATOM Amari
KINETIC
STRATTEN L. B.
ROBILLARD Kim
STEIN Shana
LUCARELLI Jack
THOMAS Victoria
PIERRE-LOUIS Sharon
BERRY Christopher
COLLINS Kim (2)
RHODES Dane
LINN Rex
BACALL Michael
BELLAMY Ned
COENNEN David
WATTS Danièle
EYEZ Jon
DORSEY Omar J.
PARKE Evan Dexter
STARK Craig
MONTGOMERY Ritchie
DASHNAW Nicholas p.
BUNCH Jarrod
BROWNE Edrick
DUFF Jamal
ALLEN Todd
ANDERSON Monica Rene'e
BAILEY Carl
BLAKE Marsha Stephanie
BULLARD Kesha
CLARE Edward J.
CLARK Takara
COOK Ross P.
CORBIN Jordon Michael
DE MILLE Mike
DRUMMOND Kimberley
EVERMORE J. D.
GABROY Gregory Allen
GRUBBS Gary
HALL Justin
HUDSON William (2)
JACKSON Tenaj L.
JAMES Kasey
LADNER Richie J.
LAMBERT Catherine
LANDRY Skipper
LE BLANC Elton
LINZ Sandra
MURPHY Chuck
OTTO Johnny
OWENS Kel
OWINO Belinda
PARROTT Matthew
PICKETT Erin
PICKLES Timothy
TIERCE Tristan
SMITH Samantha
TOWNS-CUELLAR La Teace
ULANO Mark
UPHAM Misty
WARNER Glen
PADELFORD Allan
SMITH Kay (2)
WATSON Mike
SINGLETON Carl
Résumé

Avec sa brinquebalante carriole d'ancien dentiste ambulant, servant surtout à dissimuler sa lucrative activité de chasseur de primes, le docteur King Schultz, d'origine allemande, sillonne le sud des Etats-Unis à la recherche des malfrats dont la tête a été mise à prix, et plus particulièrement, depuis peu, celles des trois frères Brittle dont il ne connait pas le faciès, comptant sur la collaboration d'un certain Django, un esclave noir qu'il vient de délivrer et qui a travaillé sur leur domaine. Une étroite collaboration entre les deux hommes se met en place, après l'élimination du minable trio, avec la promesse de notre efficace arracheur de dents d'aider son nouveau partenaire à retrouver et libérer sa compagne Broomhilda von Shaft, au début du printemps prochain, des griffes d'un certain Calvin Candie, un richissime propriétaire d'une immense plantation de coton. Après moult péripéties fort sanglantes et la mort du docteur Schultz, lors d'une fusillade nourrie, Django parviendra à délivrer sa bien-aimée, laissant derrière lui, un impressionnant amas de morts et de ruines...

>>> Même si la seconde partie du film manque effectivement d'un peu de grâce, d'humour et de légèreté, s'étirant trop en longueur et en circonvolutions inutiles, l'ensemble de la partition du réalisateur dégage un intérêt évident par une certaine forme de désinvolture parfaitement maîtrisée, la haute décontraction plastronnée par les principaux acteurs et une redoutable efficience narrative et visuelle...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Libération du 16 janvier 2013
- Positif numéro 624
- Le Canard Enchaîné du 16 janvier 2013
- Cahiers du Cinéma numéro 686
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Annuel du Cinéma 2014
Critiques (Public)
La soumission, la survie, la ruse, l'opportunité ou l'indifférence en propriétés ou sur les routes sans protocoles ni sommations d'usages. Une approche constructive, subitement punitive, se servant d'une dialectique longue et forcenée pour nourrir une violence se servant du verbe pour s'extérioriser. Un festin royal, extravagant dans un grand guignol de qualité, inséré dans une partition décalée, sanguinolente et jouissive. Ici, il ne s'agit pas de se rapprocher d'une vérité historique, mais de se régaler de sa virtualité. JIPI

S'il avait été aussi intraitable que le malsain INGLORIOUS BASTERDS (D'ailleurs donner le beau rôle à un personnage allemand n'est-il pas un mea culpa ou/et un geste commercial rétroactifs?), je gage que ce film serait très mal passé outre-Atlantique. C'est que le "cinéma-vengeance" de Tarantino s'attaque cette fois aux Américains mais ici, comme aux plus belles heures de KILL BILL, on se délecte à la vue de séduisants méchants zigouillés par de sympathiques héros. L'image est bourrée de références et de petits mystères (tels la femme masquée ou la photo d'un temple antique qui apparaissent furtivement) histoire de faire cogiter le gogo. Je serais bien intéressé de voir ce que produirait Tarantino s'il consentait enfin à sortir du sanguinolent.