LE FLEUVE - 1951

Titre VF LE FLEUVE
Titre VO The river
Année de réalisation 1951
Nationalité Inde
Durée 1h39
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 17
Date de sortie en France 19/12/1951
Thème(s)
Journal intime (tous pays confondus)
Cinéma indien (ORIGINE)
Handicapés moteurs (Autres pays)
Singes (Autres pays)
Serpents (tous pays confondus)
Balançoires (tous pays confondus)
Cerfs-volants .....
Mariage (Autres pays)
Postes et Télécommunications
Oiseaux
Jumeaux (Autres pays)
Enterrements
Enfance (Autres pays)
Adolescence (Autres pays)
Lièvres et lapins
Tortues (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
RENOIR Jean
Chef(s) Opérateur(s)
RENOIR Claude
Musique
SARATHY Parata
Renseignements complémentaires
Scénario : Jean Renoir
et Rumer Godden .....
d'après le roman de ce dernier
Eugène Lourie a collaboré aux décors .....
Commentaire dit par June Hillman
Distribution : Artistes Associés

Visa d'exploitation : 12 070

Nota :

- Prix international à la Biennale de Venise, ex-aequo avec "Le journal d'un cure de campagne"
de Robert Bresson et "Le gouffre aux chimères" de Billy Wilder .....
Acteurs
SWINBURNE Nora
KNIGHT Esmond
SHIELDS Arthur
WALTERS Patricia
FOSTER Richard
HARRIS Jennifer
SHRI RAN Radha
CORRI Adrienne
BREEN Thomas E.
MUKERJEE Suprova
BARIK Nimai
WILKINSON Penelope
JETLEY Trilak
WOOD Cecilia
SINGH Ram
HARRIS Jane
Résumé
                                                                      Nous fuyons soudain notre enfance
                                                                      Pour se précipiter dans l'amour...

Aux Indes, sur les bords d'un grand fleuve. Une famille britannique, trois filles et un garçon, dont la mère attend une nouvelle naissance, vit fort aisément de l'exploitation paternelle de jute, à partir du traitement de l'écorce du chanvre de Calcutta, qui servira à la fabrication de sacs et autres toiles d'emballage. Trois adolescentes en pleine crise pubertaire qui vont, chacune à leur manière et selon leur tempérament, éprouver un premier sentiment amoureux, en l'occurrence pour le neveu de leur voisin, un jeune militaire, le capitaine John, qui a perdu une jambe à la guerre et qui a bien des difficultés pour accepter sa dramatique condition physique. Une troublante présence masculine dont la venue causera aussi des émois à la douce Mélanie, la fille du voisin, née d'une mère hindoue et qui cherche encore sa voie, fortement imprégnée de ses origines locales, grandement influencée par son éducation européenne. Cette apparente harmonie sera malheureusement anéantie par le décès accidentel de Bogey, le jeune fils de la maison qui avait voulu apprivoiser un cobra caché dans les tortueuses ramifications d'un arbre de la propriété...

>>> A l'image de la traditionnelle fête de la lumière (diwali) qui s'inscrit dans une magnifique séquence du film, cette oeuvre de Jean Renoir, sereine et majestueuse, resplendit d'aisance et de naturel, loin d'un pesant et malvenu folklore touristique. Une réalisation qui à travers la luxuriance des décors et la profonde aménité des personnages, se présente comme une véritable leçon de vie et d'harmonie...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Cinématographe numéro 109
- Ecran 1972 (numéro 1)
- Télérama numéros 1790 et 2309
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Positif numéro 537
- Cinéma numéros 307/308
Critiques (Public)
Le sentiment tragique de la vie qui caractérise l'oeuvre de Renoir nous est restitué ici dans une admirable synthèse culturelle latino-indienne.
G FAUCON

18/20 : On est abreuvé de l'Inde et ça sent encore la colonisation toute fraîche dans ce film de 1951, librement inspiré d'un roman (vu en version américaine sous-titrée sur grand écran). On jurerait que la couleur est rajoutée sur du noir et blanc déjà très au point au départ : des images adoucies, un décor raffiné, avec cette eau à proximité, on est toujours dans le mouvement, c'est un délice (qui rachète le son, très inégal tout au long de l'histoire). Cette peinture indo-britannique, occasion d'un va et vient feutré entre les deux cultures, le monde adulte et le cheminement pour y arriver ou non, le rêve et cette sacrée réalité qui vous rattrape au tournant. Aujourd'hui, ça peut sembler longuet, distillé en s'attardant un peu trop sur certaines scènes... Pourtant, ça vaut le coup de bien suivre, car arrive le point qui sidère : Jean Renoir, qui sait de quoi il parle dans les années cinquante pour avoir lui-même fait la guerre, relativise les pertes les plus atroces, pire, s'en console au nom de l'enfant qui demeure en lui, je ne m'attendais pas à ça ! En 2007, où la démographie planétaire caracole, au nom de philosophies ancestrales que personne n'ose discuter, et comme si les ressources étaient inépuisables, son discours est d'un réalisme bouleversant. L.Ventriloque

Le meilleur film et le plus méconnu de Jean Renoir. Les images en couleurs sont d'une rare beauté. Et l'Inde décrite dans cette oeuvre n'est en aucun cas colonialiste, même si elle s'attache à la vie d'une famille anglaise, bercée par la civilisation ambiante. N'en témoigne le personnage de Radha, danseuse locale accomplie qui est l'une des trois héroïnes du film avec Patricia Walters (fille de l'acteur Bert Wheeler), disparue prématurément et d'Adrienne Corri qui fera une carrière très intéressante (C'est elle qui sera Mrs. Alexander, violée par Malcolm McDowell et ses comparses dans "Orange Mécanique"). Le rôle des parents est tenu par Esmond Knight et Nora Swinburne, mariés à la ville comme à l'écran. Sans oublier les acteurs indiens locaux et les jeunes enfants anglais jouant sans artifice (leur analyse est assez fine). AXEL.

Le fleuve, opus quasiment inerte, associe habilement le documentaire au romanesque, dans des couleurs flamboyantes, principales étincelles d'une action bien souvent somnolente. Inutile de glaner un dynamisme dont l'oeuvre n'a nullement besoin. Tout n'est que lancinance et lenteur distillées dans un ennui profond, faisant d'un site managé par ses rituels et ses croyances, le contenu d'une seule journée, où tout ne fait que se reproduire à l'identique sous une chaleur accablante. Trois jeunes filles sortent de leur adolescence, en s'éveillant au choix culturel et à l'amour antinomique, envers un pays où un grand blessé de guerre, incapable de positionner son émotif au dessus de son handicap. Un monde enfantin protégé et paisible s'estompe devant le brusque besoin de conquérir et de plaire à un indécis de passage, déconnecté d'une véritable perception émotionnelle, pendant qu'un immense pays écoule ses jours dans son quotidien, son histoire et ses traditions. Un film sublime, sécurisant, apaisant, mais dérangeant par son immobilisme presque hypnotique. JIPI