AUX MAINS DES HOMMES - 2013

Titre VF AUX MAINS DES HOMMES
Titre VO Tore tanzt
Année de réalisation 2013
Nationalité Allemagne
Durée 1h50
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France 25/06/2014
Thème(s)
Cinéma allemand (ORIGINE)
Baptêmes (tous pays confondus)
Religions et croyances (Cinéma allemand) (est et ouest)
Punks et gothiques
Jeux (vidéo)
Bals et dancings (tous pays confondus)
Alcoolisme et autres beuveries (Cinéma allemand) (est et ouest)
Inceste (Cinéma allemand) (est et ouest)
Epilepsie ( tous pays confondus)
Chats (tous pays confondus)
Bains et piscines (tous pays confondus)
Trampoline (tous pays confondus)
Vomissements
Jeux (cartes)
Tortures
Castration / Emasculation
Sadomasochisme
Ping-pong
Homosexualité masculine (Cinéma allemand) (est et ouest)
Milieu médical (Cinéma allemand) (est et ouest)
Ambulances (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
GEBBE Katrin
Chef(s) Opérateur(s)
SCHULTHEISS Moritz
Musique
LEHNIGER Johannes SCHÜTZ Peter
Renseignements complémentaires
Scénario : Katrin Gebbe
d'après un fait divers authentique .....
Distribution : UFO Distribution
Acteurs
GERSACK Sascha Alexander
KUHL Annika
FELDMEIER Julius
KOHLHOF Swantje
THEINERT Til-Niklas
MICHEL Daniel
LO ZITO Laura
HESSE Enno
BERLIN Uwe Dag
BERGMANN Christian
BOSKE Nadine
JACOBI Christoph
WIPPRECHT Alexander
LANGE Hartmut (2)
Résumé

Jeune homme à peine sorti de l'adolescence, le dénommé Tore fait partie d'une démonstrative communauté hambourgeoise de chrétiens punk, les Jésus Freaks, pour qui toutes les religions se trompent et que seuls les préceptes du Christ méritent une stricte et permanente obédience. Lors d'une sortie avec son groupe, il fait la connaissance, sur un parking d'autoroute, de Benno et de sa petite famille, en panne de démarrage de leur véhicule. Intercédant avec une prière auprès de l'instance divine, il implore une sainte réparation de la voiture qui miraculeusement redémarre. Intrigué et curieux des stupides allégations du garçon, l'homme va, après un passage à une de leurs réunions hebdomadaires, inviter ce dernier dans leur petite résidence estivale située dans un des nombreux jardins ouvriers de la région. Convié à partager quelques temps leur existence, le couple et leurs deux enfants lui installent une tente mitoyenne à leur maisonnette trop petite pour lui octroyer une chambre individuelle. Commence alors une lente et longue tentative de saper les convictions religieuses et pacifistes du jeune homme, par une agression graduelle, cherchant à provoquer chez lui une réaction physique de défense ou d'agressivité. Du simple coup de poing "amicalement" provocateur, la violence ira crescendo, dans un odieux délire sadique et mortifère...

>>> Agencée en trois parties axiomatiques (la foi, l'amour, l'espérance) cette première oeuvre d'une jeune réalisatrice allemande, parfaitement maîtrisée dans son abomination même, s'invite et s'installe dans la cour des grands moralistes du 7e Art, du côté des Seidl, Haneke et autre Pasolini, avec une froide et cinglante détermination et un outrageux jusqu'au-boutisme percutant et déstabilisateur, aux frontières ultimes d'une vicieuse et monstrueuse perversité manipulant chez la victime une croyance et une foi maladives assujetties au mysticisme et au martyre, induites par de puissantes et malsaines pulsions masochistes ignorées...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Libération du 25 juin 2014
- Positif numéros 641/642
- Le Canard Enchaîné du 25 juin 2014
Critiques (Public)