TEL PERE, TEL FILS - 2013

Titre VF TEL PERE, TEL FILS
Titre VO Soshite chichi ni naru
Autres titres VF
Année de réalisation 2013
Nationalité Japon
Durée 2h00
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation
Date de sortie en France 25/12/2013
Thème(s)
Cinéma japonais (ORIGINE)
Architectes (Autres pays)
Réalisateur(s)
KORE-EDA Hirokazu
Chef(s) Opérateur(s)
TAKIMOTO Mikiya
Musique
Renseignements complémentaires
Scénario : Hirokazu Kore-Eda
Distribution : Wild Side Films / Le Pacte
Acteurs
FUKUYAMA Masaharu
ONO Machiko
MAKI Yoko
FURANKÎ Rirî
FUBUKI Jun
KIKI Kirin
KUNIMURA Jun
MORISAKI Megumi
NATSUYAGI Isao
NINOMIYA Keita
OHKÔCHI Hiroshi
Résumé

"Ryoata, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils âgé de six ans ce qu'on appelle couramment une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l'hôpital où est né leur enfant leur apprend finalement que deux nourrissons ont été malencontreusement échangés à la naissance : le garçon qu'il a élevé n'est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu bien plus modeste" .....

                                                       (d'après le matériel de presse)

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Cahiers du Cinéma numéro 696
- Le Canard Enchaîné du 24 décembre 2013
Critiques (Public)
18/20 : Suivre une démonstration cinématographique sans en croire un traître mot. Simplement parce qu'elle est de très grande qualité. C'est le cas ici où il semble impossible, dans la vie réelle, que même suite à la bévue d'une soignante, deux enfants de cet âge puissent être échangés... En le considérant comme pure fantaisie de cinéaste, on a tout loisir d'apprécier le filmage des bambins et de leurs parents mis à l'épreuve. C'est magnifiquement mené, à bonne distance et avec humour. On glisse du papa le plus joueur au superman boudeur ou père des temps présents, ou clone de père, comme on voudra, le plus feinté de tous à mon humble avis... J'ai trouvé les contextes familiaux par trop inégaux (l'enfant unique parachuté avec d'autres enfants en bas âge y trouve forcément son compte alors que le petit ribouldingue chez le couple très comme il faut, hum, adaptation de surface)... Restent les mères, virant jumelles à l'écran, deux rusées dans leur manière d'avancer les pions... Etrange chassé-croisé familial tel qu'il est, improbable à moins de bascule totale des institutions dans la déraison au motif que "le sang c'est le sang"... En élargissant le propos à la société entière hors de cette question, le film peut ouvrir débat. L.Ventriloque

LA VIE EST UN LONG FLEUVE TRANQUILLE à la japonaise, avec plus de retenue donc.