KATKA, POMME REINETTE - 1926

Titre VF KATKA, POMME REINETTE
Titre VO Katka - Bumazhnyy ranet
Année de réalisation 1926
Nationalité Union Soviétique
Durée 1h27
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 16
Date de sortie en France
Thème(s)
Accouchements
Cinéma soviétique (1900-1990) (ORIGINE)
Jeux de cartes (réussites et patiences)
Suicide (Cinéma soviétique et russe)
Chèvres et boucs (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
ERMLER Fridrikh IOGANSON Eduard
Chef(s) Opérateur(s)
MIKHAJLOV Yevgeni MOSKVIN Andrej
Musique
Renseignements complémentaires
Scénario : Mikhail Borisoglebsky
et Boris Leonidov .....
Acteurs
BUZHINSKAYA Veronika
TCHERNOVA Bella
GOUDKINE Jakov
NIKITIN Fyodor
OKOVA Tatyana
PLOTNIKOV Valeri
SOLOVTSOV Valeri
IOGANSON Eduard
Résumé

Venue de sa lointaine campagne dans la cosmopolite ville de Leningrad, la jeune et débrouillarde Katka survit vaille que vaille, avec son petit étal portable, en vendant aux passants des pommes, à la sauvette. Enceinte d'un sombre voyou, un certain Semka, en perpétuelles magouilles dans les bas fonds de la cité, elle finit par s'en défaire devant son hypocrisie et sa mauvaise foi. Peu s'en faut, le sombre personnage se met en cheville avec une trafiquante en contrebande de parfums avec laquelle il fomente, associé à deux autres malfrats, un mauvais coup contre sa vieille logeuse qui sera finalement tuée. Pendant ce temps, Katka fait la connaissance d'un pauvre hère, timide et gauche, prénommé Vadka, qu'elle va aider à sortir de sa triste et médiocre condition, en l'engageant pour faire le guet, lors de ses illicites ventes fruitières, pour prévenir du passage des miliciens. Le jeune homme va aussi s'occuper quotidiennement de son enfant, tissant ainsi avec sa mère une solide et positive relation de proximité. Alors que le fourbe paternel de plus en plus hargneux suite au rejet de son ancienne compagne, revendique de voir son gosse et s'en prend régulièrement à Vadka, ses pendables préoccupations continuent, avec la mise en place, en compagnie de la rouée Verka, d'un mortel traquenard contre un naïf vendeur de bestiaux...

>>> Souvent d'une grande et fine acuité psychologique, avec quelques acteurs fort imprégnés de leurs personnages et un constant humour en filigrane, une oeuvre largement bienvenue, qui rappelle les films du malicieux Boris Barnet, malgré son lourd message politique final, lorsque nos deux sympathiques protagonistes décident de rentrer à l'usine pour mener une existence plus stable et plus bénéfique. C'est sous la judicieuse thématique sur "L'âge d'or du cinéma muet soviétique" que le 42e Festival International du Film de La Rochelle nous a invité a découvrir cette œuvre rare dont la projection attendue bénéficia de la traditionnelle création musicale de l'incontournable Jacques Cambra depuis des années une élégante et mélodieuse figure de proue de la toujours remarquable manifestation cinématographique...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)