JUWELEN - 1930

Titre VF JUWELEN
Titre VO Juwelen
Autres titre VO Sensation im Diamanten-Club
Année de réalisation 1930
Nationalité Autriche
Durée 1h04
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France
Thème(s)
Hoffmann (Ernst Théodor Amadeus)
Surdité (Autres pays)
Hôtels (Cinéma autrichien)
Journalisme et presse (Autres pays)
Cinéma autrichien (ORIGINE)
Pierres précieuses (tous pays confondus)
Taxis (Autres pays)
Folies, démences et autres dérangements de l'esprit (Autres pays)
Jeux d'échecs (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
BRÜCKNER Hans
Chef(s) Opérateur(s)
FÜRBASS Hans
Musique
Renseignements complémentaires
Scénario : Hans Brückner
d'après des motifs de E.T.A. Hoffmann .....
Acteurs
BEREGI Oskar (senior)
CRITICO Alexander
TYROLT Beate
SORELL Manja
TIROFF Renate
Résumé

Hiver 1928, dans la Kärtnerstrasse, une discrète rue du quartier juif de la capitale autrichienne, un bijoutier vient d'être sauvagement poignardé et dépouillé de quelques précieux joyaux. Quelques minutes plus tard, un peu plus loin, dans une ruelle mitoyenne, une autre boutique d'un joaillier vient aussi d'être délestée d'une partie de ses inestimables bijoux. Alors que le journal local propose une royale récompense de 10.000 shillings à toute personne permettant l'arrestation du mystérieux criminel, le club des joailliers et son président Rufus Geiring se réunissent pour prendre des mesures adéquates. Les membres de l'assemblée seront victimes d'un curieux incident, lors d'une incompréhensible coupure d'électricité et leurs empreintes digitales récupérées par un intrigant et mystérieux personnage fort inquiétant. Quelques jours plus tard, Geiring et sa pupille Eva ont la visite dans leur magasin d'un élégant jeune homme, un certain Alexis Karlowski qui achète un bracelet, demandant une livraison au Park Hôtel, après l'incrustation du même prénom que la demoiselle de la bijouterie, dans le précieux objet. Le lendemain, Geiring est sollicité pour estimer quelques pierres précieuses et colliers rares chez le baron Costelli et se retrouve mystérieusement drogué et assoupi dans la rue. Lors de la livraison du fameux bracelet par Eva, cette dernière découvre qu'aucun client de l'hôtel n'est inscrit sous le nom d'Alexis Karlowski et se fera attaquer, sur son chemin de retour, par deux malfrats, bien décidés à la voler. Heureusement, un passant, Robert Sonnweg, intervient à temps pour empêcher le forfait. Le garçon, actuellement sans emploi, sera récompensé par l'oncle de la demoiselle qui l'engage comme comptable, son dernier commis ayant subitement quitté son emploi. Bientôt une sympathique relation affective se met en place entre la jeune fille et le nouveau comptable. Lors d'une soirée festive au restaurant avec le garçon, elle remarque que ce dernier a de discrets échanges de billet et de signes avec une autre jeune femme, assise non loin de là, à une autre table...

>>> Première et avant-dernière réalisation d'un metteur en scène a priori parfaitement inconnu dans le gotha de la filmographie autrichienne, ayant émigré quelques années plus tard en Colombie, qui étonne et fascine durablement par son incroyable atmosphère de rêve éveillé, pour une sombre et catatonique histoire policière nimbée de séquences feutrées, à la frontière du fantastique et de la folie. Une oeuvre puissante et maladive qui laisse une empreinte durable et prégnante et qui aurait pu subjuguer sans aucun doute les surréalistes de l'époque...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)