LA PROCHAINE FOIS JE VISERAI LE COEUR - 2013

Titre VF LA PROCHAINE FOIS JE VISERAI LE COEUR
Titre VO
Année de réalisation 2013
Nationalité France
Durée 1h52
Genre DRAME
Notation
Date de sortie en France 12/11/2014
Thème(s)
Auto-stop (tous pays confondus)
Milieu médical (Cinéma français)
Tueurs psychopathes (Cinéma français)
Réalisateur(s)
ANGER Cédric
Chef(s) Opérateur(s)
HARDMEIER Thomas
Musique
HETZEL Gregoire
Renseignements complémentaires
Scénario : Cédric Anger
d'après le roman d'Yvan Stefanovitch :
"Un assassin au-dessus de tout soupçon" .....
Distribution : Mars Distribution

Visa d'exploitation : 124 106
Acteurs
CANET Guillaume
GIRARDOT Ana
BERTELOOT Jean-Yves
AZAM Patrick
HENRIET Arnaud
ATTAL Douglas
TOURNIER Pierick
CARRIERE Alexandre
BLIN François-Dominique
ANDRIEUX Franck
DUJARDIN Arthur
DE LENCQUESAING Alice
VAUQUOIS Hélène
COMART Jean-Paul
CASSAGNE Michel
GIUDICE Laura
LOWCAY Annette
LE MAOÛT Cédric
BLANC Eric
PIETTON Vincent
RONCHI Nicolas
BAELDE Thomas
ALCAN Xavier
CARPENTIER Nicolas
Résumé

"Pendant plusieurs mois, entre les années 1978 et 1979, les habitants de l'Oise se retrouvent plongés dans l'angoisse et la terreur : un maniaque sévit prenant pour cibles des jeunes femmes. Après avoir tenté d'en renverser plusieurs au volant de sa voiture, il finit par blesser et tuer des auto-stoppeuses choisies au hasard. L'homme est partout et nulle part, échappant aux pièges des enquêteurs et aux barrages de la police. Il en réchappe d'autant plus facilement qu'il est en réalité un jeune et timide gendarme qui mène une vie banale et sans histoires au sein de sa brigade. Gendarme modèle, il est chargé d'enquêter sur ses propres crimes jusqu'à ce que les cartes de son périple meurtrier lui échappent dramatiquement" .....

                                                       (d'après le matériel de presse)

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Le Canard Enchaîné du 12 novembre 2014
- Libération du 12 novembre 2014
Critiques (Public)
Le pire (ou le plus fort) c'est que le tueur attire plus l'empathie que le dégoût. Cela à travers les moments passés avec son jeune frère, sa relation avec Sophie, qui paraît plus maladroite qu'"insincère" et calculée, et le charme de Canet dont le visage torturé fait parfois penser à celui de De Niro. Et puis à aucun moment on est dans la position des victimes ou des enquêteurs, c'est toujours le point de vue du tueur qui mène le récit.