CROSSWIND - LA CROISEE DES VENTS - 2014

Titre VF CROSSWIND - LA CROISEE DES VENTS
Titre VO Risttuules
Année de réalisation 2014
Nationalité Estonie
Durée 1h27
Genre DRAME
Notation 13
Date de sortie en France 11/03/2015
Thème(s)
Enterrements
Cinéma estonien (ORIGINE)
Barques, pirogues, chaloupes et autres canots .....
Goulags (tous pays confondus)
Trains et gares (Autres pays)
Mariage (Autres pays)
Vaches, boeufs, taureaux et autres ruminants .....
Milieu rural (Autres pays)
Réalisateur(s)
HELDE Martti
Chef(s) Opérateur(s)
POLLUMAA Erik
Musique
UUSBERG Pärt
Renseignements complémentaires
Scénario : Martti Helde
et Liis Nimik .....
Distribution : ARP Sélection

Visa d'exploitation : 141 764
Acteurs
HILLEP Einar
ISOTAMM Ingrid
PETERSON Laura
PREEGEL Mirt
SONG Tarmo
Résumé

C'est en 1941, après un pacte secret avec l'Allemagne nazie, que les forces soviétiques envahissent les territoires lettons et déportent en masse une grande partie de la population locale. C'est le cas pour Erna Tamm et de sa petite fille Elide envoyées avec d'autres femmes, souvent des épouses de patriotes, en convois ferroviaires à bestiaux dans la lointaine Sibérie, alors que les hommes sont déportés vers une autre destination. Regroupées dans des camps de fortune, sous l'égide d'un omnipotent responsable politique qui use et abuse de ses captives et de ses prérogatives, elles sont la plupart du temps affectées au bûcheronnage, un intense et harassant travail de coupe, de débitage selon un imposant quota exponentiel dans le rendement à observer, maintenir, améliorer rigoureusement. Durant 15 longues années, Erna va écrire à son mari de poignantes lettres qui resteront à chaque fois sans réponse. Ni les événements politiques (la déclaration de guerre avec l'Allemagne) ni les tragédies personnelles (la mort de sa petite fille) ne changeront rien à son quotidien qui prendra un peu plus d'ouverture et d'humanité, seulement à la mort de Staline, avec de signifiants assouplissements dans l'autorité, des fusions et des confusions affectives entre détenues et surveillants et petit à petit, l'obtention d'un passeport, pour quitter le pays...

>>> Malgré un sujet hautement émouvant et historiquement d'une puissante dramaturgie, l'obstiné parti pris de figer systématiquement les personnages dans des plans fixes, statiques, la caméra se déplaçant entre eux, certes dans un superbe noir et blanc, engendre un dispositif radical qui à la longue devient fastidieux et même quelquefois exaspérant, reléguant ainsi l'émotion induite souvent au second plan...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)