LE FILS DE SAUL - 2015

Titre VF LE FILS DE SAUL
Titre VO Saul fia
Année de réalisation 2015
Nationalité Hongrie
Durée 1h47
Genre DRAME HISTORIQUE
Notation 18
Date de sortie en France 04/11/2015
Thème(s)
Cinéma hongrois (ORIGINE)
Camps de concentration (tous pays confondus)
Photos et photographes (Autres pays)
Réalisateur(s)
NEMES Laszlo
Chef(s) Opérateur(s)
ERDELY Matyas
Musique
MELIS Laszlo
Renseignements complémentaires
Scénario : László Nemes
et Clara Royer .....
Distribution : AD Vitam

Visa d'exploitation : 143 357

Nota :

- Prix du Jury, Cannes 2015

- Oscar 2016 du Meilleur Film en langue étrangère
Acteurs
RÖHRIG Géza
MOLNAR Levente
RECHN Urs
CHARMONT Todd
WALCZAK Jerzy
ZSOTER Sandor
CZARNIK Marcin
KEDAR Amitai
FRITZ Attila
LAUER Uwe
HARTING Christian
JAKAB Juli
CSEPAI Eszter
FREIBERG Björn
SZEKELY Rozi
Résumé

Saul Ausländer, Juif d'origine hongroise, fait partie d'un "Sonderkommando" du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau, ces unités de prisonniers valides qui sont chargés de conduire les déportés vers les chambres à gaz, d'en évacuer les cadavres et de nettoyer ces lieux de souffrance de toutes traces humaines pouvant faire mentir la fallacieuse dénomination de douches sans cesse proférée aux nouveaux arrivants, débarqués d'incessants convois ferroviaires. C'est lors de l'ouverture d'une chambre, que Saul croit reconnaître parmi les nombreuses victimes, son fils ayant survécu au mortel Zyklon B, et qu'un gradé allemand achèvera sans état d'âme, exigeant d'un médecin présent, une prompte autopsie afin de déterminer d'éventuelles causes physiologiques à cette incompréhensible survie. Pour Saul, désormais rien ne comptera plus que de donner à l'enfant une inhumation traditionnelle avec la présence d'un rabbin et ses immanquables prières rituelles, une sorte d'irrépressible devoir moral pour un reste d'humanité et de dignité, par-delà les horreurs traversées...

>>> Par un constant filmage en plans serrés, générés via l'utilisation d'une mobile steadicam qui permet des prises de vue rapprochées induisant une vision frontale de l'environnement immédiat perçu par le principal protagoniste, le réalisateur fomente chez le spectateur une insidieuse oppression narrative et visuelle d'une exceptionnelle et déstabilisante puissance émotionnelle. Cinématographiquement, une perturbante réussite qui soulève à nouveau la problématique morale de l'évocation de l'Holocauste, hors des créneaux du documentaire, par le biais de la représentation fictionnelle, quelque part obscène et immorale dans son "authentique" simulacre "artistique"...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
Critiques (Public)
Finalement, il importe peu que le petit garçon soit effectivement le fils de Saul ou seulement une représentation symbolique de la descendance du peuple juif, sachant que dans la Bible, Saul est considéré comme le premier roi des Israélites en terre d’Israël. Je suis persuadée que l’obsessionnelle volonté d’enterrer l’enfant selon le rituel traditionnel de son peuple et de sa religion, réfère à un profond mouvement cathartique permettant une sorte d’échappatoire symbolique de l’enfer du camp de concentration. Cette permanente et perturbante immersion dans l’innommable que le cinéaste impose au spectateur durant l’ensemble de la projection, dénuée de tout voyeurisme, provoque un puissant choc émotionnel et moral, d’une rare intensité. -VELO- P.M.