CA S'EST PASSE A ROME - 1960

Titre VF CA S'EST PASSE A ROME
Titre VO La giornata balorda
Année de réalisation 1960
Nationalité Italie
Durée 1h40
Genre COMEDIE DRAMATIQUE
Notation 15
Date de sortie en France 04/01/1961
Thème(s)
Cinéma italien (ORIGINE)
Tramways
Prostitution (Cinéma italien)
La mort, ses cadavres et ses représentations (tous pays confondus)
Camions et camionnettes (tous pays confondus)
Autobus et autocars (tous pays confondus)
Moravia (Alberto)
Réalisateur(s)
BOLOGNINI Mauro
Chef(s) Opérateur(s)
SCAVARDA Aldo
Musique
PICCIONI Piero
Renseignements complémentaires
Scénario : Pier Paolo Pasolini,
Marco Visconti et Alberto Moravia .....
d'après un roman de ce dernier
Distribution : UFA

Visa d'exploitation : 23 625
Acteurs
SOREL Jean
MASSARI Lea
VALERIE Jeanne
BATTAGLIA Rik
CIANGOTTINI Valeria
VALERI Marcella
ALOISI Irene
LISSIAK Elvi
GLORI Enrico
COREY Isabelle
STOPPA Paolo
FLEMING Théa
GIACOSI Luigi
Résumé

Un vaste immeuble populaire d'un quartier miséreux de la capitale transalpine où s'enchevêtrent passerelles, logements et promiscuités multiples. Le nonchalant Davide Saraceno, vingt ans à peine, vivant avec sa mère et ses sœurs, dans un de ces nombreux cagibis en enfilade et infortune existentielles, se doit de chercher de toute urgence un travail, afin de pouvoir baptiser son fils qu'il vient d'avoir avec une jeune adolescente prénommée Ivana qui vit dans la même indigence, avec sa famille disloquée, un étage plus haut, dans la même travée locative. En fait, il lui faut trouver impérativement 50.000 lires, afin de racheter une place de débardeur au port et ainsi bénéficier d'un salaire mensuel permettant d'épouser sa jeune voisine. Commence une infructueuse prospection pour un boulot, même provisoire qui le fera tourner en rond et en bourrique, avec les fallacieuses et vaines recommandations écrites de son magouilleur d'oncle, quelques médiocres passades avec d'anciennes relations féminines et enfin un poste d'accompagnateur, en camion, pour rechercher, quelques fûts de graisse de cheval qui vont être mélangés à d'autres ingrédients, en toute illégalité et discrétion, pour aboutir en bouteilles, sur un des nombreux marchés romains, estampillées comme authentique huile d'olive raffinée. Et pour clôturer finalement une journée plutôt intéressante et bienvenue, il reste tout simplement à dépouiller de sa bague de valeur, le mort gisant dans l'appartement en face de son oncle, un député qui vient de passer de vie à trépas, sans émouvoir personne...

>>> Un tableau sombre et désespéré de la nature humaine, sur fond de milieu social gangréné, d'affairisme sournois et d'immoralisme permanent, dans lequel on perçoit avec netteté et conviction, l'âpre et tranchant style d'un Pasolini en gestation...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Fiche de Monsieur Cinéma
- Saison Cinématographique 1961
- Positif numéro 39
- La Revue du Cinéma numéro 139
- Cinéma numéro 54

Critiques (Public)