CONFESSIONS - 2010

Titre VF CONFESSIONS
Titre VO Kokuhaku
Année de réalisation 2010
Nationalité Japon
Durée 1h46
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France
Thème(s)
Cinéma japonais (ORIGINE)
Sida (Autres pays)
Adolescence (Cinéma japonais)
Chorales
Tueurs psychopathes (Cinéma japonais)
Milieu scolaire (Cinéma japonais)
Internet (tous pays confondus)
Bains et piscines (tous pays confondus)
Chiens (Autres pays)
Jeux (vidéo)
Papillons (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
NAKASHIMA Tetsuya
Chef(s) Opérateur(s)
ATO Masakazu OZAWA Atsushi
Musique
KANAHASHI Toyohiko
Renseignements complémentaires
Scénario : Tetsuya Nakashima
d'après un roman de Kanae Minato .....
Acteurs
MATSU Takako
KIMURA Yoshino
OKADA Masaki
NISHII Yukito
FUJIWARA Kaoru
HASHIMOTO Ai
ARAI Hirofumi
YAMAGUCHI Makiya
KURODA Ikuyo
ASHIDA Mana
YAMADA Kinuo
NINOMIYA Hiroko
TAKAHASHI Tsutomu
KANAI Yûta
INOWAKI Kai
ARAKI Yûko
IZUMI Daichi
KUSAKAWA Takuya
MIMURA Kazunori
MIURA Yui
MIYOSHI Ayaka
NAKAJIMA Hiroki
NOMOTO Hotaru
NOMURA Shinji
NÔNEN Rena
ONO Takahiro
SHIMIZU Naoya
TATSUO Heideru
YAMAYA Kasumi
YOSHINAGA Ayuri
Résumé

Enseignante dans une classe d'adolescent(e)s de plus d'une trentaine d'élèves, souvent fort remuants voire indisciplinés, dans un lycée nippon, Yuko Moriguchi devant sa classe, révèle que deux d'entre eux, sans les nommer explicitement, sont responsables du décès de sa petite fille Manami, retrouvée morte noyée dans la piscine privative de l'établissement scolaire. Lorsqu'elle annonce que les deux coupables viennent d'ingurgiter du lait volontairement infecté avec du sang contaminé au VIH, ces derniers se dévoilent, sans le vouloir, par leur comportement affolé, paniqué. Elle explique sa vengeance par le fait que la législation japonaise dispense de toute condamnation pénale, un jeune n'ayant pas atteint ses quinze ans, l'âge judiciaire légal pour affronter les courroux de la justice. Affirmant que la contamination ne se déclare en général qu'au bout de plusieurs années, Yuko précise leur laisser ainsi bien du temps pour ruminer et regretter leur geste criminel. Après quelques semaines de vacances, les cours reprennent avec dorénavant un autre enseignant et l'absence d'un des protagonistes coupables, Naoki, terré désormais dans sa chambre, profondément perturbé, avec une mère impuissante à l'aider, qu'il finira par tuer. Le second, prénommé Shuya, devenu le souffre-douleur de sa classe, invente une bombe artisanale qu'il veut faire exploser lors d'une cérémonie commémorative afin de prouver à sa mère qui l'avait abandonné, ses tonitruantes capacités en électroniques...

>>> Edifiée en plusieurs cercles concentriques, mitoyens et complices, mettant en scène et en explication les principaux personnages de la tumultueuse intrigue, cette œuvre magnifique et troublante séduit dans toutes les strates de sa réalisation : une intrigue déconcertante et complexe, des acteurs convaincants et convaincus dans leurs rôles respectifs, une prise de vue originale et inventive, générant une époustouflante densité qui peut mener le spectateur vers une forme d'étouffement émotionnel qu'un trop-plein scénaristique, une asphyxie visuelle animent et génèrent en crescendo...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)