WINNIPEG MON AMOUR - 2007

Titre VF WINNIPEG MON AMOUR
Titre VO My Winnipeg
Année de réalisation 2007
Nationalité Canada
Durée 1h20
Genre EVOCATION
Notation 17
Date de sortie en France 21/10/2009
Thème(s)
Chiens (Cinéma canadien)
Cinéma canadien (ORIGINE)
Coiffeurs et barbiers ...
Hockey
Milieu du cinéma (Cinéma canadien)
Tramways
Spiritisme (tous pays confondus)
Représentant(e)s du culte (Cinéma canadien)
Nazisme (Autres pays)
Chevaux (Autres pays)
Trains et gares (Autres pays)
Bains et piscines (tous pays confondus)
Réalisateur(s)
MADDIN Guy
Chef(s) Opérateur(s)
Musique
Renseignements complémentaires
Scénario : Guy Maddin
et George Toles .....
Distribution : E.D. Distribution

Visa d'exploitation : 124 252
Acteurs
SAVAGE Ann
NEGIN Louis
STEWART Amy
FEHR Darcy
CADE Brendan
CADE Wesley
YACULA Kate
ALTO Olie
DANGERFIELD Jeremy
KIRILUK Tim
WARKENTIN Peter
WOYTOWICH Will
DONAHUE Brett
MADDIN Guy
SAVAGE Danielle
BOMBACK Kalyn
CASSIDY Cory
HUGHES Aaron
KRENZ Joyce
MARGINET Mel
RING Bronwyn
Résumé
                                                                      Nous dormons en marchant,

                                                                      Nous marchons en rêvant,

                                                              Toujours perdus...

Capitale de la province canadienne du Manitoba, Winnipeg est la ville natale et le lieu de villégiature du metteur en scène Guy Maddin qui dans un incessant mouvement d'impossible fuite et d'éperdues turbulences affectives, compose un aberrant et monstrueux panégyrique où se croisent et s'embrasent vécu personnel et chronique
citadine, dans un impétueux chaos maîtrisé, superbement agencé. Tout commence inévitablement à l'intersection de la Rivière Rouge et de la Rivière Assiniboine, une fourche liquide qui en appelle à une plus intime, maternelle et natale, une essentielle et perturbante charnière nodale où tout s'amorce et conflue inévitablement. Et c'est dans un permanent engourdissement, dans un nocturne convoi ferroviaire qui parcourt et traverse la cité enneigée avec ses voyageurs assoupis, "rêvant de là où nous allons, en allant là où nous rêvons, toujours perdus, déboussolés" que le réalisateur croise, dans le temps et la nuit, des lieux et des événements emblématiques des Winnipégois, la grève générale de 1919, la destruction du Wolseley Elm en 1957 et le remplacement de l'ancien stade de hockey. Des turbulences et des anecdotes collectives qui n'obèrent nullement l'intime et le personnel définitivement incrustés, en douceur et douleur, au 800 avenue Ellice, domicile familial et salon de coiffure maternel...


>>> Un imposant et foisonnant kaléidoscope d'histoires vécues, sublimées, narrées, dans une hyperbolique et vertigineuse construction cinématographique, avec ses reconstitutions jouées, ses images et photos d'archives, ses séquences d'animation et sa puissante et touchante poésie élégiaque font de cette œuvre hautement cathartique, un inoubliable moment de cinéma, intelligent, sensible et percutant...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
Critiques (Public)