BURNING - 2018

Titre VF BURNING
Titre VO Buh-ning
Année de réalisation 2018
Nationalité Corée du Sud
Durée 2h28
Genre DRAME
Notation 17
Date de sortie en France 29/08/2018
Thème(s)
Pyromanie (tous pays confondus)
Cinéma coréen (du sud) (ORIGINE)
Autobus et autocars (tous pays confondus)
Masturbation (tous pays confondus)
Milieu judiciaire et juridique (Autres pays)
Milieu rural (Autres pays)
Trains et gares (Autres pays)
Taxis (Autres pays)
Voitures (Porsche) (tous pays confondus)
Puits (tous pays confondus)
Drogue -consommation- (Autres pays)
Camions et camionnettes (tous pays confondus)
Vomissements (tous pays confondus)
Chats (tous pays confondus)
Ecrivains (Autres pays)
Réalisateur(s)
LEE Chang-Dong
Chef(s) Opérateur(s)
HONG Kyung-Pyo
Musique
MOWG
Renseignements complémentaires
Scénario : Jungmi Oh
et Chang-dong Lee .....
d'après une nouvelle de Haruki Murakami
Distribution : Diaphana Distribution

Visa d'exploitation : 149 266
Acteurs
YOO Ah-In
YEUN Steven
JEON Jong-Seo
KIM Soo-Kyung
CHOI Seung-Ho
MOON Sung-Keun
MIN Bok-Gi
BAN Hye-Ra
LEE Bong-Ryeon
JEON Seok-Chan
Résumé

C'est dans la mégalopole de Séoul, en pleine livraison de quelques colis urgents, que le dynamique Jongsu fait la rencontre de la pétulante Haemi, animatrice d'un petit stand pour un magasin alimentaire, qu'il ne reconnaît pas pour être une ancienne camarade de classe, dans le petit village de son enfance, aujourd'hui encore habité par son paternel, un être fruste et vindicatif, actuellement en détention provisoire pour quelques violences envers un voisin. Une sympathique et réciproque proximité fait se rapprocher ce garçon souvent taciturne, aux velléités littéraires dans l'écriture d'un premier roman, et la demoiselle, d'une magnétique excentricité souvent folâtre et débordante qui va lui demander de s'occuper de son chat, une quinzaine de jours, durant une absence, un lointain voyage au fin fond du Kenya. A son retour, elle revient accompagnée d'un énigmatique jeune homme prénommé Ben, qui s'avère se mouvoir dans un monde d'aisance et de facilité (appartement luxueux, rutilante porche Carrera 911, solide assise financière) qui de toute évidence séduit Haemi et enfonce Jongsu dans un maelstrom de perplexité, de jalousie et de questionnement. C'est ainsi qu'un informel trio se forme et s'installe dans d'improbables rencontres aux confidences souvent biseautées, entre inquiétante réalité et phantasmes d'écrivain en gestation qui génèrent des obsessions pyromanes, un puits peut-être imaginaire, un mistigri invisible et une disparition incompréhensible, conduisant vers d'incendiaires pulsions assassines...

>>> Traversée par de foisonnantes incertitudes et des interprétations vacillantes, cette narration polymorphe et disloquée se déguste comme une succulente mandarine fictive que l'on dépiaute avec élégance et grâce, devant un public forcément carbonisé...
© Cinéfiches.com (Jean-Claude Fischer)

Bibliographie
- Libération du 29/08/2018
- Cahiers du Cinéma numéro 747
- Positif numéro 691
Critiques (Public)